EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Ingérence russe : Mike Pence prend un avocat

Ingérence russe : Mike Pence prend un avocat
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Aux Etats-Unis, l‘étau judiciaire se resserre contre Donald Trump et son entourage. Jeudi soir, Mike Pence, le vice-président américain a décidé d’embaucher un avocat personnel avant d‘être entendu par un magistrat dans le cadre de l’enquête sur l’ingérence russe durant la campagne électorale.

Le président américain a lui aussi recruté un avocat. Car il fait désormais l’objet d’une enquête pour entrave à la justice, selon le « Washington Post ».
Une affaire jugée “bidon”, montée de toutes pièces, et sans aucune preuve, a dénoncé jeudi Donald Trump dans un tweet.

They made up a phony collusion with the Russians story, found zero proof, so now they go for obstruction of justice on the phony story. Nice

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 15 juin 2017

“Ils ont fabriqué une collusion bidon avec l’histoire russe”, écrit Trump. “Ils n’ont trouvé aucune preuve, et donc maintenant ils se lancent dans l’entrave à la justice sur cette histoire bidon. Sympa”, conclut le président.

Donald Trump est désormais visé par l’enquête sur l’ingérence russe https://t.co/yY5eQ2hWSwpic.twitter.com/WhnSKOWota

— L’Obs (@lobs) 16 juin 2017

Mais l’affaire est prise très au sérieux par Robert Mueller, le procureur spécial. Il est passé à la vitesse supérieure après les déclarations de l’ex-patron du FBI qui a évoqué la semaine dernière les pressions dont il aurait fait l’objet de la part de Donald Trump.

Egalement visé par l’enquête : Jared Kushner, le proche conseiller du président et le mari de la fille de Donald Trump. Les enquêteurs lui reprochent de potentiels délits financiers.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Etats-Unis : Donald Trump visé par l'enquête du procureur indépendant

James Comey : "Cette administration a choisi de me diffamer"

Le choix du colistier de Trump est-il synonyme d'ennuis pour l'Europe ?