PUBLICITÉ

Trump : "S'il attaque Guam, il le regrettera rapidement"

Trump : "S'il attaque Guam, il le regrettera rapidement"
Tous droits réservés 
Par Cyril Fourneris
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président américain refuse d'adopter un ton plus apaisé face à la Corée du Nord.

PUBLICITÉ

Donald Trump a lancé une énième menace à la Corée du Nord, en s’en prenant directement à son dirigeant Kim Jong-un ce vendredi.

S’il attaque Guam ou n’importe quel autre territoire américain ou allié, il le regrettera vraiment et rapidement“, a assuré le président américain depuis son golf du New Jersey, où il passe des vacances.

Depuis des semaines, les observateurs du monde entier ont les yeux rivés sur le compte twitter de l’imprévisible chef de la Maison Blanche. Ce vendredi, c’est par son média favori qu’il annonçait que son armée était “chargée et prête à tirer“, invitant la Corée du Nord à agir “sagement“.

Military solutions are now fully in place,locked and loaded,should North Korea act unwisely. Hopefully Kim Jong Un will find another path!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 11 août 2017

Quelques heures plus tôt, Pyongyang qualifiait Donald Trump d’”odieux fanatique de la guerre nucléaire“.

Face aux surenchères, Moscou et Berlin ont fait part de leur inquiétude, tout comme Pékin. La Chine demande l’arrêt des tests balistiques et nucléaires nord-coréens, mais aussi des manœuvres militaires conjointes des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

Un tel exercice, souvent accompagné d’une escalade des tensions, est programmé dans 10 jours.

Partager cet articleDiscussion