Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pyongyang répond à Trump : un "chien qui aboie"

Pyongyang répond à Trump : un "chien qui aboie"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La formule choc sur Kim Jong-un sortie de la bouche de Donald Trump mardi à l’ONU sur “l’homme-fusée en pleine mission-suicide“ eclipserait presque sa nouvelle menace. Dans le même discours, le président américain a envisagé de “détruire complètement la Corée du Nord“ et ses 25 millions d’habitants.

Assailli par les journalistes dès son arrivé à l’aéroport JFK de New York (où il participera aux discussions à l’ONU), le chef de la diplomatie nord-coréenne Ri Yong-ho a contre-attaqué :

S’ils pensent nous impressionner avec le bruit d’un chien qui aboie, alors ils sont en plein rêve“ a déclaré le ministre des Affaires étrangères le plus froidement du monde.

M. Trump a surnommé Kim Jung Un, “Rocket Man”. Que répondez-vous?“ a demandé un journaliste.

Cela me fait de la peine pour ses conseillers“, a poursuivi Ri Yong-ho.

Mais c’est plus qu’une guerre des mots, qui a lieu à l’ONU, ces jours-ci. Mercredi, le Premier ministre japonais Shnizo Abe – dont le pays a été survolé par deux missiles – a repris la formule américaine : “toutes les options sont sur la table“ pour ramener le régime nord-coréen à la raison.

Malgré les multiples sanctions, Pyongyang affirme avoir testé une bombe à hydrogène pouvant être montée sur un missile intercontinental. Elle justifie son programme par la nécessité de se protéger des Etats-Unis.