Siemens : 6 900 nouvelles suppressions de poste en vue

Siemens : 6 900 nouvelles suppressions de poste en vue
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'annonce du groupe allemand a beaucoup de mal à passer, le géant allemand vient de réaliser un bénéfice annuel de 6,2 milliards d'euros

PUBLICITÉ

6 900 lienciements en vue chez l’industriel Siemens, alors que le groupe vient de réaliser un bénéfice annuel de 6,2 milliards d’euros. L’annonce du groupe allemand a beaucoup de mal à passer. Ces licenciements devraient avoir lieu à partir de 2020, principalement dans sa branche énergétique. En plus des fermetures de sites et réductions de personnels prévus en Allemagne, ce plan, présenté hier, prévoit 1 100 suppressions de postes dans le reste de l’Europe et 2 500 hors Europe, dont 1 800 aux Etats-Unis.

Le groupe gère actuellement 351 000 salariés. Et Siemens plaide qu’il en va de la sauvegarde de sa compétitivité face à la pression croissante des énergies renouvelables. La demande mondiale a drastiquement chuté pour les méga-turbines à gaz que le groupe fabrique, “autour de 110 turbines par an” selon lui qui affirme que “ses capacités actuelles sont estimées à 400 turbines” .

Le très puissant IG Metall annonce la tenue de manifestations d’ampleur devant les 7 sites menacés d’Allemagne.

En Allemagne, le groupe veut fermer à l’est ses sites de Görlitz (720 emplois) et Leipzig (200 emplois), supprimer 300 emplois sur son site historique de Berlin et 640 à Mülheim (ouest), ainsi que fusionner ses unités d’Offenbach (ouest) et Erlangen (centre). Il envisage aussi de céder son site d’Erfurt (centre).

Le géant allemand entend cependant éviter les licenciements en “transférant autant que possible les personnes concernées” par la restructuration vers ses 3.200 postes vacants.

Début novembre, Siemens avait déjà annoncé la supression de 6 000 emplois au sein de sa coentreprise leader mondial de l‘énergie éolienne, Siemens Gamesa, en raison d’une baisse des ventes.

Alors que le projet de centrale électrique à gaz Direct-Energie-Siemens à Landivisiau n’est toujours pas officiellement abandonné, l’industriel allemand Siemens a annoncé 6.900 licenciements.
Premières visées : les turbines à gaz.https://t.co/mmgAorFK7epic.twitter.com/DKlam9C1B7

— Gérard Borvon (@GBorvon) 17 novembre 2017

Malgré des profits records, Siemens sabre dans ses effectifs (pour ceux qui ont un devoir à faire sur le capitalisme financier) https://t.co/H4SajAZUnP via libe</a></p>— Laurent Mucchielli (LMucchielli) 17 novembre 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les 27 appelés à réduire leur consommation énergétique pour aider l'Ukraine

Les ministres de l'Énergie de l'UE évoquent l'avenir du marché de l'électricité

L'Ukraine a demandé des avions de chasse F-16 aux Pays-Bas