DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une usine de trolls à Saint-Pétersbourg ?

Vous lisez :

Une usine de trolls à Saint-Pétersbourg ?

Une usine de trolls à Saint-Pétersbourg ?
Taille du texte Aa Aa

La chaîne NBC a rencontré un jeune homme se présentant comme un ancien agent de la désinformation russe.

Vitaly Bespalov, 26 ans, pointe le bâtiment du doigt. Il assure qu’il s’agit d’une “usine de trolls”, où il a travaillé. Il aurait été l’un des dizaines de jeunes salariés de cette agence très spéciale à Saint-Pétersbourg.

Le jeune homme dit avoir évolué au sein d’une agence nationale russe de recherche pendant trois mois, fin 2014. Il assure avoir produit jusqu‘à 20 faux articles par jour sur la guerre en Ukraine et créé de nombreux faux profils d’utilisateurs.

Vos articles étaient publiés par un blogueur puis diffusés par le bureau spécialisé dans les réseaux sociaux ?“ demande la journaliste de NBC Kelly Cobiella.

Oui, ou les blogueurs écrivaient de fausses publications en citant nos articles“ rétorque le jeune homme.

Selon lui, dès 2015 la cible prioritaire de cette cyber-production est devenu les internautes américains. C’est ce que pense savoir le Congrès américain, qui estime que les trolls russes ont publié 80 000 contenus entre janvier 2015 et août 2017… atteignant 20 millions de personnes aux États-Unis.

Ces fermes à trolls peuvent produire un tel volume de contenus avec des hashtags et des thèmes, qu’elles déforment la vérité et les conversations organiques“ analyse le spécialiste en cybersécurité Clint Watts.

L‘équipe de NBC n’est pas parvenue à entrer dans le bâtiment. La chaîne a été informée que les bureaux auraient déménagé. Le jeune Bespalov, lui, pense que l’usine fonctionne toujours.

Le Kremlin a toujours nié l’existence de telles pratiques et considère que les témoignages comme celui-si sont… de fausses informations.