DERNIERE MINUTE

Donald Trump : "Il est l'heure de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël"

Donald Trump : "Il est l'heure de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël"
Taille du texte Aa Aa

Le Président américain a franchi le pas. Dans un discours assez bref retransmis depuis la Maison Blanche, Donald Trump a affirmé qu'il était "temps pour les États-Unis de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël". "Ceci n'est ni plus ni moins qu'un constat de la réalité", a-t-il ajouté.

Ainsi, Washington va commencer à préparer le déménagement de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, a expliqué le président américain. Cela pourrait prendre quelques semaines voire quelques mois. Aucune date n'a été donnée à ce stade.

En reconnaissant explicitement Jérusalem comme capitale d'Israël, le président américain a également promis mercredi de faire tout son possible pour respecter l'"engagement" américain en faveur d'un accord de paix israélo-palestinien, assurant que les Etats-Unis soutenaient une "solution à deux Etats".

Cette annonce a été saluée par le Premier ministre israélien comme un "jour historique". Benjamin Netanyahu a aussi affirmé que la décision du président américain ne changerait rien en ce qui concerne les lieux saints des trois grandes religions monothéistes à Jérusalem, affirmant l'engagement israélien à maintenir le "statu quo".

Une allocution qui a aussitôt déclenché une vague de réactions.

Le président français Emmanuel Macron a immédiatement fait savoir depuis l'Algérie que la décision de Donald Trump était "regrettable" et a rappelé que le statut de Jérusalem devait être déterminé "par les Israéliens et les Palestiniens au travers de négociations". Craignantune flambée de violence consécutive à la déclaration de Donald Trump, Emmanuel Macron a appelé à "éviter à tout prix les violences".

De son côté, le secrétaire général des Nations unies a précisé qu'il n'y avait "aucune alternative à la solution à deux Etats". Il n'y a pas de plan B", a insisté Antonio Guterres.

La Turquie de Recep Tayyip Erdogan a pour sa part qualifié d'irresponsable la décision du président américain.

Le Canada a fait savoir qu'il n'avait pas l'intention d'emboîter le pas sur les Etats-Unis.

Côté Palestinien, Mahmoud Abbas a affirmé mercredi que les Etats-Unis ne pouvaient plus jouer leur rôle historique d'intermédiaire de la paix avec les Israéliens. "Par ces décisions déplorables, les Etats-Unis sapent délibérément tous les efforts de paix et proclament qu'ils abandonnent le rôle de sponsor du processus de paix qu'ils ont joué au cours des dernières décennies", a-t-il ajouté sur la télévision palestinienne.

Quant au gouvernement de Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, il a dénoncé "une violation du droit international", a estimé le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed Moumeni, dans un communiqué.

Avec Agences

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.