DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catalogne : les séparatistes obtiennent la majorité absolue au Parlement

Vous lisez :

Catalogne : les séparatistes obtiennent la majorité absolue au Parlement

Catalogne : les séparatistes obtiennent la majorité absolue au Parlement
Taille du texte Aa Aa

Les indépendantistes catalans ont donc conservé ce jeudi leur majorité absolue au parlement régional, replongeant leur région dans l'incertitude après une tentative d'indépendance ratée qui avait secoué l'Europe et plongé l'Espagne dans sa pire crise politique depuis des décennies.

Après dépouillement de près de 99% des bulletins, les trois formations indépendantistes disposaient, avec 70 sièges sur 135 au parlement régional, de la majorité absolue. 

De le détail, JUNTSxCAT de l'ancien président de l’exécutif catalan Carles Puigdemont obtient 34 sièges, la gauche indépendantiste de l'ERC décroche 32 sièges et CUP, et 4 pour la formation d’extrême gauche CUP.

Le dirigeant séparatiste en exil Carles Puigdemont a salué jeudi soir à Bruxelles la victoire du camp indépendantiste, soulignant que c'est "un résultat que personne ne peut discuter". Lors de son discours, il a également déclaré que "la république catalane a gagné sur la monarchie de l'article 155" et qu'"Il faut que le gouvernement légitime retourne au palais de la Généralité". 

Exilé dans la capitale belge, il a recueilli le plus de voix parmi les indépendantistes. Voici son portrait :

Par le jeu des pondérations de voix profitant aux régions rurales où ils sont bien implantés, les indépendantistes ont la majorité au parlement sans avoir la majorité des voix: 47,6 % des Catalans ont voté pour ces formations, mais 52 % contre. C'est un score semblable à celui de 2015.

Les électeurs catalans, qui ont battu avec près de 82% de votants le record historique de participation dans la région, ont toutefois désigné comme première force politique de la province le parti libéral anti-indépendance Ciutadans, la branche catalane de Ciudadanos, qui obtient 37 sièges.

En 2015, cette formation unioniste de centre droit était arrivée en seconde positon avec 25 sièges. Retrouvez notre portrait d'Inés Arrimadas, la responsable de Ciutadans :

La victoire de Ciutadans a été saluée par plusieurs dirigeants politiques européens dont Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge et actuel président du groupe centriste ADLE au Parlement européen.

 

A moins qu'ils ne parviennent pas à s'entendre pour former une coalition, les indépendantistes reprendront les commandes de la région que le gouvernement de Madrid leur avait retiré en invoquant pour la première fois l'article 155 de la constitution pour destituer l'exécutif régional et dissoudre le parlement quand ils ont proclamé une indépendance mort-née.

"Monsieur Rajoy, le 155 a perdu, il est définitivement mort et enterré", a lancé à Barcelone, Eduard Pujol, un des candidats de la liste de Carles Puigdemont, avant que l'assistance entame l'hymne catalan.

Et sur "le terrain", le Parti populaire du chef du gouvernement Mariano Rajoy, historiquement faible dans la région, a reçu une grosse claque. Le PP catalan sera la dernière force politique au parlement avec seulement 3 sièges, contre 11 lors des précédentes élections.

En fin de soirée, un des porte-paroles de la Commission européenne a indiqué que la position de l'UE sur la Catalogne "ne changera pas". "Notre position sur la question de la Catalogne est bien connue et a été réitérée régulièrement, et à tous les niveaux. Elle ne changera pas. S'agissant d'une élection régionale, nous n'avons pas de commentaire à faire" a effectivement déclaré ce porte-parole, Alexandre Winterstein.

Avec AFP