PUBLICITÉ

Le soutien de Trump et de Netanyahou aux manifestants iraniens

Le soutien de Trump et de Netanyahou aux manifestants iraniens
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP, REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les deux dirigeants ont fustigé le pouvoir iranien alors que le pays connaît une vague de protestation sans précédent depuis 2009.

PUBLICITÉ

Les manifestants opposés au gouvernement iranien obtiennent désormais des soutiens parfois inattendus depuis l'étranger, à l'instar de Donald Trump

Le président américain - qui a fait de l'Iran son ennemi juré - s'en est pris au pouvoir iranien pour latroisième fois depuis vendredi.

Dans un tweet, il a estimé que "l'Iran [échouait] à tous les niveaux, malgré le très mauvais accord passé avec le gouvernement Obama. Le grand peuple iranien est réprimé depuis des années. Il a faim de nourriture et de liberté. La richesse de l'Iran est confisquée, comme les droits de l'Homme. Il est temps que ça change".

Le Premier ministre israélien a lui dénoncé "un régime cruel qui gaspille des dizaines de milliards de dollars pour répandre la haine", référence à **l'aide financière apportée par Téhéran au Hezbollah et au Hamas. **

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, **Benjamin Netanyahou a reproché aux gouvernements européens de *****"garder le silence *alors que de jeunes Iraniens héroïques sont roués de coups dans les rues. Ce n'est pas normal."

"De courageux Iraniens inondent les rues. En quête de liberté. En quête de justice. Ils sont à la recherche des libertés qui leur ont été refusées pendant des décennies", a ajouté le chef du gouvernement israélien. 

Les autorités iraniennes ont plusieurs fois mis en cause des agents de l'étranger dans des incidents impliquant des manifestants.

Benjamin Netanyahu a balayé lundi toute ingérence israélienne dans les manifestations. "C'est non seulement faux, c'est risible", a-t-il dit.

Le ministère russe des Affaires étrangères a, au contraire, estimé qu'il fallait se garder d'intervenir. 

Pour les diplomates russes* "il s'agit d'une affaire intérieure iranienne"*, et "toute intervention extérieure déstabilisant la situation est inadmissible", ajoute Moscou.

Avec AFP et Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : nouvelle nuit d'émeutes meurtrières

L'UE approuve les missions frontalières à Rafah, réfléchit sur les sanctions contre l'Israël

Bombardement meurtrier de civils à Rafah : Netanyahou reconnaît une "erreur tragique"