DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L’UE réduit sa liste noire des paradis fiscaux

Vous lisez:

L’UE réduit sa liste noire des paradis fiscaux

L’UE réduit sa liste noire des paradis fiscaux
Taille du texte Aa Aa

La liste noire de l'Union européenne sur les paradis fiscaux est désormais plus réduite. Les 28 ministres des Finances ont décidé de transférer huit pays, dont le Panama, la Tunisie ou la Corée du Sud, de la liste noire vers la liste grise. Ces Etats restent cependant sous surveillance précise le Commissaire européen chargé des Affaires économiques et financières. "Cette liste grise englobe plus de 50 territoires ou pays et les engagements pris doivent être rendus public pour qu'ils puissent être évalués et contrôlés", insiste Pierre Moscovici.

Dans la foulée des scandales fiscaux du LuxLeaks, des Panama Papers et des Paradise Papers, l'Union européenne a adopté en décembre dernier sa première liste noire. Mais pour Oxfam cette annonce est un désaveu cinglant. "Comment peut-on changer une liste aussi rapidement et demander à ces pays des réformes, alors que l'Union elle-même n'est pas capable de se réformer. En novembre Oxfam a montré que quatre pays ne respectaient pas pleinement les critères de l'Union à savoir les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Irlande et Malte", s’interroge l’experte Aurore Chardonnet.

D'ici la fin de l'année une évaluation sera faite sur la mise en œuvre des engagements promis. La liste noire compte désormais neuf Etats comme Bahreïn, la Namibie, Samoa ou encore les Îles Marshall.