PUBLICITÉ

La Russie lance une offensive terrestre dans la région de Kharkiv

La Russie a lancé une offensive terrestre dans la région de Kharkiv en Ukraine.
La Russie a lancé une offensive terrestre dans la région de Kharkiv en Ukraine. Tous droits réservés AP/Russian Defense Ministry Press Service
Tous droits réservés AP/Russian Defense Ministry Press Service
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie a lancé une offensive terrestre dans la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, ce vendredi.

PUBLICITÉ

L'Ukraine affirme que la Russie tente de "percer ses lignes de défenses" dans la région de Kharkiv, au nord-est du pays, où l'armée russe a lancé une offensive terrestre. 

Pour repousser la tentative russe de percer les défenses locales, l'Ukraine a envoyé des renforts à Kharkiv, selon les autorités. Cette stratégie signale un changement tactique de Moscou dans la guerre que les responsables ukrainiens craignaient depuis des semaines.

Vovchansk, une ville d'environ 20 000 habitants avant la guerre, située à moins de 5 kilomètres de la frontière russe, aurait été visée dans la nuit par les bombardements, selon Oleh Syniehubov, gouverneur régional de Kharkiv. 

Le barrage, qui a utilisé de puissantes bombes aériennes guidées, des pièces d'artillerie, des roquettes, des chars et des mortiers. Le bilan provisoire s'élève à au moins un civil tué et cinq blessés. Les autorités ont commencé à évacuer environ 3000 personnes. 

Le ministère de la Défense ukrainien a affirmé que les combats se poursuivent. Bien que la Russie ne puisse probablement pas s'emparer de Kharkiv sans un renforcement massif de ses troupes et de ses blindés, elle pourrait contraindre l'Ukraine à envoyer davantage de troupes dans la région, ce qui rendrait d'autres zones du pays plus vulnérables.

L'armée russe pourrait également tenter de couper les principales voies d'approvisionnement dans la région et de bloquer Kharkiv, qui compte environ 1,1 million d'habitants et n'est située qu'à une trentaine de kilomètres au sud de la frontière.

La contre-offensive ukrainienne à l'automne 2022 avait provoqué le retrait des troupes russes de la quasi totalité de la région. Depuis, Kharkiv n'avait pas été ciblée par de telles attaques, que l'Ukraine redoutait depuis des semaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bruxelles : le premier ministre palestinien a rencontré les partenaires internationaux

Espagne : le Parti Populaire a lancé sa campagne électorale pour les européennes

Macron entame la première visite d'État d'un président français en Allemagne depuis 24 ans