DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crispation inquiétante à la frontière syro-israélienne

Vous lisez:

Crispation inquiétante à la frontière syro-israélienne

Crispation inquiétante à la frontière syro-israélienne
Taille du texte Aa Aa

Le ton monte de manière inquiétante dans le Golan entre Israël, la Syrie et son allié iranien. L'escalade a commencé samedi, quand Israël dit avoir abattu un drone iranien sur son territoire, ce que Téhéran dément.

En représailles, l'Etat hébreux a lancé deux séries de frappes aériennes, samedi et dimanche, contre des cibles iraniennes en Syrie. 

Une réponse, d'après le Premier ministre israélien, au franchissement de la ligne rouge dessinée par Israël au début du conflit syrien :

"Hier, nous avons asséné un sérieux coup aux forces iraniennes et syriennes. Nous avons rendu absolument clair pour tout le monde le fait que nos règles d'implication n'ont pas changé. Nous continuerons d'attaquer toutes les tentatives de nous nuire. Cela a été notre politique et cela restera notre politique" a déclaré Benyamin Netanyahou en conseil des ministres.

Le dirigeant hébreux a par ailleurs assuré qu'Israël cherchait avant tout "la paix".

Pendant l'offensive, un F-16 israélien a été abattu par l'armée syrienne au nord de l'espace aérien israélien. Les deux pilotes ont pu s'éjecter de l'appareil mais sont gravement blessés. C'est la première fois qu'un aéronef israélien est abattu depuis 2006.

Les réactions à cette montée de tensions a suscité de nombreuses réactions : la Maison Blanche a soutenu le droit d'Israël à se défendre, accusant l'Iran d'avoir semé le trouble. 

Vladimir Poutine, allié de Bachar al-Assad, s'est entretenu au téléphone avec Benyamin Netanyahou, à qui il a conseillé d'éviter une "escalade dangereuse".

L'ONU, par la voix de son secrétaire général Antonio Guterres , a appelé à une "désescalade immédiate", qui fait craindre des "débordements dangereux" le long des frontière syriennes.