DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Armes à feu : la colère des lycéens américains

Vous lisez:

Armes à feu : la colère des lycéens américains

REUTERS/Kevin Lamarque
Taille du texte Aa Aa

"Plus jamais ça" : fédérés par ce mot d'ordre répercuté sur les réseaux sociaux, les jeunes de Parkland ont investi mercredi la petite capitale de la Floride, Tallahassee, pour tenter d'arracher un durcissement de la législation sur les armes aux Etats-Unis, après la tuerie qui a fait 17 morts dans leur lycée.

"Que ces vies puissent être volées sans changement serait un acte de trahison à l'égard de notre grand pays", a déclaré Lorenzo Prado, un des nombreux orateurs à lancer des appels poignants au micro alors que des centaines de jeunes étaient rassemblés dans la ville.

Les lycéens de Parkland sont arrivés en autobus, auréolés d'un premier succès. Le président Donald Trump, pourtant farouche partisan du droit constitutionnel à porter des armes, a fait quelques concessions face à l'émotion dans le pays et à l'effet médiatique de leur mobilisation. Trump a demandé mardi à son administration de prendre des mesures pour interdire la vente de dispositifs permettant de transformer des fusils semi-automatiques en mitraillettes.

Sweat-shirt de son école et cheveux joliment tressés, Rachel Catania assure que le mouvement est solide. "Cela ne va pas faiblir, pas cette fois. Il va y avoir un changement", a-t-elle dit. Des milliers de jeunes américains veulent également y croire, répercutant sur leurs smartphones les hashtags #NeverAgain, #EnoughIsEnough, ou #March4OurLives.

Dans la manifestation, on pouvait entendre :

"J'ai peur, j'ai peur de me retrouver dans une nouvelle fusillade. Et j'ai peur que ma famille apprenne que j'ai été tuée. Je suis très en colère parce que tout ça dure depuis si longtemps."

"On n'imagine pas que ça peut arriver et puis ça arrive. C'est grave de se rendre compte que ça peut arriver à n'importe qui. C'est pour ça qu'on a la rage et qu'on veut que des mesures soient prises".

Les lycéens prévoient un grand rassemblement le 24 mars à Washington, la capitale fédérale où une manifestation spontanée était en cours en fin de matinée devant la Maison Blanche. Et des actions de solidarité devaient avoir lieu devant certains établissements scolaires dans la journée à travers les Etats-Unis.

300 millions d'armes à feu sont disséminées dans la population amériaine.