DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas de trêve dans le commerce des armes par les pays européens

Vous lisez:

Pas de trêve dans le commerce des armes par les pays européens

Pas de trêve dans le commerce des armes par les pays européens
Taille du texte Aa Aa

"Business as usual". C'est ainsi que Pieter Wezeman, expert à l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri) qualifie le commerce des armes en Europe pour les cinq années qui viennent de s'écouler (2013-2017) comparées aux cinq années qui ont précédé (2008-2012), selon les dernières données présentées dans leur tout dernier rapport. Certains éléments sont cependant venus bouleverser le marché.

La Russie, ce voisin gênant

"Les relations commerciales avec la Russie grandissaient avant 2014, y compris pour la vente d'armes, mais bien sûr tout ceci a disparu avec l'annexion de la Crimée et les sanctions de l'UE qui s'ensuivirent dont un embargo sur les armes" rapporte Pieter Wezeman, interrogé par euronews .

Il ajoute qu'il existe aussi un "sentiment grandissant d'insécurité dans certains pays voisins de la Russie". L'Institut Sipri constate pour ces pays une "demande croissante d'armement" auprès des autres pays européens. Les mouvement des transferts sont difficiles à voir dans les données fournies par l'Institut car "ces pays sont petits et le volume d'armes sont aussi petits". Mais Pieter Wezeman l'assure, ces derniers se tournent vers les exportateurs européens en la matière. L'Institut explique bien dans son rapport que le temps long des contrats commerciaux des armes ne permet pas toujours de voir les effets des derniers changements dans le marché dans les chiffres de la période étudiée, mais il explique que cet effet est déjà visible par les équipes de l'Institut.

La Turquie, un autre voisin gênant ?

La Turquie est un marché très important pour les acteurs du commerce des armes en Europe. Elle est le 11ème plus gros clients des cinq principaux exportateurs européens d'armes juste avant la Chine. Selon l'Institut Sipri, le marché européen des armes vers la Turquie est amené à changer dans la décennie à venir.

En effet, la Turquie développe sa propre industrie de l'armement et ses exportations ont plus que doublé (+145%) entre 2008-2012 et 2013-2017 au profit du Turkemenistan (31% de ses exportations entre 2013 et 2017), des Emirats arabes unis (24%) et de l'Arabie saoudite (13%). Toutefois, "la Turquie est encore dépendante de technologies étrangères et cela pose des problèmes avec certains de ses fournisseurs."

La question d'éventuelles restrictions de vente d'armes à la Turquie commence à faire débat en Allemagne notamment. L'intervention de la Turquie dans le conflit syrien, ses relations avec les kurdes et la question de la démocratie dans le pays sont au coeur des disscussions. Mais pour d'autres pays européens, ces éléments n'ont pas encore altéré le commerce des armes explique Pieter Wezeman.

La crise de 2008 a été mauvaise pour le marché intra-européen des armes

Le marché intra-européen des ventes d'armes "est un marché important pour tous les acteurs européens du marché. On peut voir que la Grèce et l'Espagne ont été par exemple, particulièrement importantes pour l'Allemagne sur la période 2008-2012."

Mais la crise de 2008 a entraîné une chute des commandes d'armes au sein de l'Union. Ce mouvement a été particulièrement marqué pour l'Allemagne, dont 29% des exports d'armes vont vers des clients européens. Le pays a vu le total de ses exports chuté de -14% entre les deux périodes. La Grèce et l'Espagne ayant souffert de la crise, ont réduit leur achat d'armes. La Grèce, second principal client des armes allemandes – 68% de ses importations d'armes sur la période 2013-2017 venaient d'Allemagne – s'est effectivement tenue à un régime sec de 2011 à 2013. L'Espagne a elle réduit régulièrement ses achats entre 2008 et 2017.

Le Royaume-Uni et la France, dont les principaux clients ne sont pas européens, ont vu leur volume d'armes exportées augmenter entre les deux périodes de 27% et 37% respectivement. "La France aussi a échoué, en raison de la situation économique, à vendre ses armes à la Grèce sur cette période et à dû aller voir ailleurs." explique Pieter Wezeman.

Le Moyen-Orient, client privilégié des exportateurs

Les principaux clients des cinq plus gros exportateurs d'armes d'Europe sont l'Arabie saoudite, l'Egypte, les Emirats arabes unis et l'Inde. Les conflits au Moyen-Orient, notamment le Yemen, ont alimenté le commerce vers ses pays depuis l'Europe et le volume des exportations a globalement augmenté. Mais, comme le rappelle Pieter Wezeman, les relations commerciales sur les armes entre les grands exportateurs d'armes et les pays du Moyen-Orient n'est pas nouveau. Ce qui est nouveau, explique-t-il, est "l'aversion grandissante dans certains pays d'Europe de la société civile suivis parfois par les parlements voire des décisions de gouvernements envers les ventes d'armes vers l'Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis". En revanche cela n'est pas encore visible dans chiffres car, par exemple, l'Allemagne n'a pris de décision en la matière qu'en janvier dernier. Le gouvernement allemand a, en effet, annoncé cesser tout export d'armes vers les belligérants du conflit au Yemen.

Les principaux exportateurs d'armes en Europe et leurs clients en chiffres

La France et l'Allemagne se trouvent dans le top 5 des plus gros exportateurs d'armes au monde. A eux deux, ils pèsent 12,5% du total des exportations d'armes dans le monde. Les Etats membres de l'UE comptent pour 27% des exportations d'armes dans le monde.

Ces cinq exportateurs (France, Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni) ne comptent que onze clients communs à eux cinq sur une liste qui compte 116 clients. Nous y retrouvons l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Indonésie, les Etats-Unis et Oman mais aussi des pays inégalement classés parmi les 50 plus gros clients de ces exportateurs (Brésil 18, Pologne 20, Thaïlande 23, Colombie 27, Pakistan 29 et Jordanie 45).

Ces clients font partie des plus gros importateurs d'armes dans le monde.

Evolution des exportations entre 2008-2012 et 2013-2017

Légende :
Hausse ou baisse en pourcentage des exportations entre 2008-2012 et 2013-2017.
Principaux clients et pourcentage des exportations destinées à ce client.
Part du total des exports dans le monde.

↗ France +27%
......................... Egypte 25%
......... Chine 8,6%
........ Inde 8,5%
6,7%

↘ Allemagne -14%
.............. Corée du sud 14%
........... Grèce 11%
......... Israël 8,7%
5,8%

↗ Royaume-Uni +37%
................................................. Arabie saoudite 49%
.............. Oman 14%
.......... Indonesia 9,9%
4,8%

↗ Espagne +12%
.................................. Australie 34%
.............. Turquie 14%
........ Arabie saoudite 8,3%
2,9%

↗ Italie +13%
............ Emirats arabes unis 12%
.......... Turquie 10%
.......... Algérie 9,9%
2,5%

↗ Pays-Bas +14%
............... Jordanie 15%
............... Indonésie 15%
........... Etats-Unis 11%
2,1%

↘ Suisse -11%
.................... Arabie saoudite 20%
................. Chine 17%
........... Etats-Unis 11%
0,9%

↘ Suède -53%
................. Emirats arabes unis 17%
................ Thaïlande 16%
............. Arabie saoudite 13%
0,9%

↗ Norvège +14%
............................. Finlande 29%
....................... Oman 23%
.................. Etats-Unis 18%
0,6%

↗↗ République tchèque +467%
............................................ Irak 44%
................... Etats-Unis 19%
........... Viêtnam 11%
0,3%

↘ Finlande -5,7%
........................................................... Pologne 59%
........... Suède 11%
...... Arabie saoudite 5,8%
0,2%

↗ Portugal +74%
.......................................................................................... Roumanie 90%
....... Belgique 7,1%
... Uruguay 2,8%
0,2%