EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

40 ans après, l'Italie rend hommage à Aldo Moro

40 ans après, l'Italie rend hommage à Aldo Moro
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'enlèvement le 16 mars 1978 d'Aldo Moro par les Brigades rouges, et son assassinat le 9 mai, reste un souvenir qui hante la mémoire collective des Italiens.

PUBLICITÉ

Les honneurs de la patrie à ses héros.

L'Italie commémore la mémoire d'Aldo Moro, l'ancien Premier ministre a été assassiné il y a 40 ans par les Brigades rouges.

Le président Mattarella est venu déposer des fleurs via Fani à Rome, à l'endroit même ou l'ancien dirigeant a été enlevé et ses cinq gardes du corps tués. Un mémorial à leur mémoire a été inauguré.

"Ces 5 hommes étaient encore des enfants, je regardais leurs dates de naissance, et leur jeunesse est frappante. Ils ont été des héros par hasard. Ils ne l'auraient pas voulu, même s'ils étaient conscients d'escorter un homme qui avait à cette époque le fardeau d'une menace des Brigades rouges" a expliqué le chef de la police Franco Gabrielli.

Le 16 mars 1978, Aldo Moro, 62 ans, chef de la

Démocratie chrétienne (DC), est enlevé à Rome par un commando des Brigades rouges, une organisation d'extrême gauche.

L'homme d’État, qui fut cinq fois chef du gouvernement, est séquestré pendant 55 jours avant d'être assassiné.

Son corps est retrouvé dans le coffre d'une voiture le 9 mai.

Aldo Moro venait de conclure un "compromis historique" avec les communistes pour former un gouvernement de coalition afin d'affronter une situation économique difficile et combattre le terrorisme.

Cet événement traumatisant a marqué l’histoire italienne.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Italie secouée par un nouveau féminicide

Slovaquie : la tentative d’assassinat contre le premier ministre va accentuer les tensions

Génocide au Rwanda : Charles Michel évoque "une forme de complicité" de la communauté internationale