PUBLICITÉ

Etats-Unis : "Black lives matter" ou l'histoire de Stephon Clark

Etats-Unis : "Black lives matter" ou l'histoire de Stephon Clark
Tous droits réservés 
Par Sandrine Delorme avec NBC, KXTV,Reuters, AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des centaines de personnes ont assisté aux obsèques tendues et chargées d'émotions de Stephon Clark, un jeune Noir abattu par des policiers à Sacramento. Une énième victime noire érigée en nouveau symbole des brutalités policières aux Etats-Unis.

PUBLICITÉ

Des centaines de personnes ont assisté aux obsèques sous tension et chargées d'émotions de Stephon Clark, un jeune Noir tué par des policiers dans son jardin à Sacramento, en Californie. Une énième victime noire érigée en nouveau symbole des brutalités policières aux Etats-Unis.

Le révérend Al Sharpton, figure historique du mouvement des droits civiques, est intervenu pendant le service oecuménique.

"Nous allons pousser Donald Trump et le monde entier à régler le problème des mauvaises conduites policières", a-t-il proclamé en réponse à la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, qui a qualifié ces faits "terribles" de sujet "local".

Les policiers, dont un est Noir, ont été suspendus depuis la mort de Stephon Clark le 18 mars. Mais la communauté afro-américaine multiplie depuis lors les manifestations dans la capitale californienne.

La vidéo de la mort de Stephon Clark, filmée par les caméras que portent les policiers, a particulièrement choqué. Les deux agents de police lui ont tiré dessus à 20 reprises.

Ils étaient intervenus après un appel signalant qu'un homme brisait des vitres de voitures. Stephon Clark correspondait au signalement de leur suspect. Ils l'ont pris en chasse, épaulés par un hélicoptère de police.

Le jeune homme s'est alors réfugié dans le jardin, où il a été abattu. Il n'avait pas d'arme, mais un téléphone à la main.

La justice californienne doit encore décider de lancer ou non des poursuites contre les policiers.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Violences policières aux USA : des manifestations dans tout le pays

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia