DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sur invitation de Kim Jong-un, des journalistes étrangers débarquent en Corée du Nord

Vous lisez:

Sur invitation de Kim Jong-un, des journalistes étrangers débarquent en Corée du Nord

Sur invitation de Kim Jong-un, des journalistes étrangers débarquent en Corée du Nord
Taille du texte Aa Aa

Des journalistes étrangers sont arrivés en Corée du Nord pour assister à la destruction du site d'essais nucléaires de Pyongyang. Kim Jong-un l'avait promis, comme un geste de bonne volonté avant le sommet du 12 juin avec les États-Unis. Pas de Sud-Coréen parmi les médias invités, ni de reporter de l'agence France Presse, mais des reporters de Chine, de Russie et des États-Unis, comme le journaliste d'Associated Press Television News, Rafael Wober :

"C'est l'aéroport de Wonsan Kalma. Nous n'avons pas beaucoup de temps ici compte tenu des nombreux bagages que nous devons récupérer. Nous allons nous rendre à l'hôtel Kalma. Nous ne savons pas quand nous allons prendre le train pour nous rendre sur le site de tests nucléaires. Le groupe de médias étrangers vient vraiment juste d'arriver de Pékin aujourd'hui, ensuite commencera le véritable voyage".

La destruction du site serait prévu entre demain, mercredi, et vendredi, en fonctions des conditions météos.

Kim Jon-un avait annoncé le mois dernier qu'il allait détruire le site de Punggye-ri, situé dans le nord-est du pays, en faisant exploser les tunnels d'accès. Une annonce saluée par Washington et Séoul.

Image satellite Planet LABS INC / Reuters

Le dictateur nord-coréen avait expliqué qu'il avait rempli sa mission et que le travail pour installer des ogives nucléaire sur des missiles balistiques était terminé.

Le site a été le théâtre de six essais nucléaires. Le dernier en date, le plus puissant à ce jour, a eu lieu en septembre et aurait concerné une bombe à hydrogène .

Les spécialistes sont divisés sur le fait de savoir si le site est déjà inutilisable ou s'il le sera vraiment. Par le passé, Pyongyang a déjà fait machine arrière dès que le vent diplomatique tournait.