EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Football américain : debout ou aux vestiaires

Football américain : debout ou aux vestiaires
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les joueurs de football américains sont menacés de sanctions s'il continuent de boycotter l'hymne national pour protester contre les violences policières.

PUBLICITÉ

Les images ont fait le tour du monde. Le genoux à terre, de nombreux footballeurs américains ont boycotté pendant des semaines l'hymne américain pour protester contre les violences policières aux États-Unis.

Mais ce geste de défiance devra cesser. Ainsi en a décidé la ligue nationale de football américain (qui regroupe les patrons des 32 clubs les plus importants. Tous les joueurs ont désormais le choix : soit ils resteront debout durant la diffusion de l'hymne américain, soit ils devront rester aux vestiaires.

En cas de non respect les joueurs et les clubs encourent des amendes.

Le président américain a immédiatement salué cette décision même s'il n'a pas obtenu entièrement satisfaction : il réclamait le licenciement pur et simple des joueurs récalcitrants pour leur actes jugés anti-patriotiques. Donald Trump n'avait d'ailleurs pas hésité à les insulter publiquement les qualifiant de "fils de pute".

Sans surprise, l'association des joueurs de NFL (NFLPA) a fait part de son mécontentement, regrettant de ne pas avoir été consultée et que le nouveau texte est en contradiction avec les discussions menées précédemment avec les dirigeants de la NFL.

Elle a aussitôt prévenu qu'elle allait "étudier cette nouvelle politique et s'attaquer à toute disposition qui serait en contradiction avec la convention collective".

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Procès de Donald Trump : Robert de Niro fait parler de lui à l'occasion de la fin des plaidoiries

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia