DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La réforme de la SNCF devant le Sénat

Vous lisez:

La réforme de la SNCF devant le Sénat

La réforme de la SNCF devant le Sénat
Taille du texte Aa Aa

Les syndicats de la SNCF ont manifesté ce mardi devant le Sénat, où débute l'examen du projet de réforme ferroviaire.

Trois jours de débats avant un vote solennel prévu mardi prochain, qui pourrait sonner le glas d'un mouvement de grève et de contestation, qui dure depuis bientôt deux mois.

Mais les cheminots les plus déterminés n’ont guère l’intention de baisser les bras : "D'abord, tant qu'une bataille n'est pas finie, elle a des chances de gagner. Vous imaginez bien qu'on ne va pas arrêter maintenant", dit l'un d'eux. "Les forces sont encore vives, on a encore une marge de progression. Les cheminots, partout dans les assemblées générales, ne parlent pas de reprise. On veut se battre et on se battra jusqu'au bout."

Adopté très largement par l'Assemblée, en première lecture, le projet de loi arrive au Sénat enrichi de plusieurs amendements.

La semaine dernière, à l’issue d’une rencontre avec les syndicats, le Premier ministre a annoncé la reprise par l'Etat de l'essentiel de la dette de la SNCF, soit 35 milliards d'euros d'ici à 2022. Le gouvernement veut désormais éviter que la compagnie ferroviaire puisse, à l'avenir, s'endetter en dehors de tout contrôle.

Pour Edouard Philippe, la réforme est désormais "complète". Pas question de toucher aux points clés du texte : la fin du statut des cheminots, l'ouverture à la concurrence et la transformation publique de la SNCF en plusieurs sociétés anonymes. Mais le gouvernement l'assure : il n'y aura pas de privatisation.

Pendant ce temps, dans les gares, les cheminots maintiennent la pression. Ils ont participé ce mardi à leur 24ème de jour de grève, même si la mobilisation semble s'essouffler.