Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Mamoudou Gassama : "Je suis très content"

Mamoudou Gassama : "Je suis très content"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Il y a encore une semaine, personne n'avait entendu parler de lui. Mamoudou Gassama, jeune sans papier de 22 ans est aujourd'hui un héros. Nous avons rencontré celui qui n'a pas hésité à risquer sa vie en escaladant à mains nues la façade d'un immeuble pour sauver un enfant de quatre ans.

Anelise Borges Andrade, euronews : tu te sens comment avec tout ce qui s'est passé ? Depuis samedi, tu as rencontré le président de la République, tu as trouvé un travail, tu as eu tes papiers, ta vie a complètement changé ?

Mamoudou Gassama : oui, elle a changé.

Anelise Borges Andrade, euronews : tu as fait un long et difficile voyage avant d'arriver en France. Tu es passé par la Niger, le Burkina Faso et la Lybie. Raconte moi La Lybie.

Mamoudou Gassama : en Lybie, c'est terrible parce qu'on nous traite comme des esclaves.

Anelise Borges Andrade, euronews : tu es content avec tout ce qui se passe en ce moment ? Parce que ça fait quand même beaucoup de choses.

Mamoudou Gassama : oui je suis content, très très content parce que j'ai vu ma photo et ma vidéo sur facebook et à la télévision. C'est la première fois, ça m'a fait plaisir.

Anelise Borges Andrade, euronews : tu regardes le foot ou pas ?

Mamoudou Gassama : oui, je regarde beaucoup.

Anelise Borges Andrade, euronews : samedi, tu étais d'ailleurs là-bas pour le foot.

Mamoudou Gassama : oui pour la finale de la League des Champions.

Anelise Borges Andrade, euronews : tu es pour qui ?

Mamoudou Gassama : le Real Madrid.

Anelise Borges Andrade, euronews : et les Bleus ? Non ? Car maintenant, tu es Français !

Mamoudou Gassama : oui, je suis aussi pour les Bleus, depuis longtemps. Avant dans mon village, tout le monde m'appelait Zidane.

Anelise Borges Andrade, euronews : tu voulais le rencontrer, Zidane ?

Mamoudou Gassama : oui

Anelise Borges Andrade, euronews : on va essayer de t'organiser une rencontre avec lui.