DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Macerata, la ville italienne de gauche tentée par l'extrême-droite

Vous lisez:

Macerata, la ville italienne de gauche tentée par l'extrême-droite

Macerata, la ville italienne de gauche tentée par l'extrême-droite
Taille du texte Aa Aa

Notre road trip en Italie ne pouvait pas ne pas passer par Macerata, une ville traditionnellement à gauche, mais où la Ligue lors des dernières élections a rassemblé plus de 20% des voix.

En février, le meurtre d'une jeune femme dans la région, attribué à deux Nigérians, puis la fusillade raciste qui a blessé le même mois six Africains à Macerata, ont exacerbé les tensions.

"Je suis contre les immigrés illégaux, dit un homme, un ancien socialiste qui admet avoir voté pour la Ligue. Je suis contre ceux qui vivent en Italie et qui font les malins, mais pas contre les pauvres gens qui sont dans le besoin."

"Il faut respecter la vie des autres et ne pas les juger immédiatement à cause de leur couleur de peau ou parce que certains disent qu'ils viennent ici pour ne rien faire, s'emporte un jeune homme. On doit comprendre leurs problèmes"

Paolo dirige une ONG qui aide les demandeurs d'asile à s'intégrer dans la société.

Grâce à elle, de nombreux immigrants ont réussi à se faire embaucher dans les entreprises locales, mais l'ignorance et la peur ont la peau dure :

"Les gens pensent que les migrants sont la cause de la drogue, de ceci et cela, constate Paolo Bagorio, président de l'ONG "groupe de solidarité humaine". Je dis que ce n'est pas vrai, mais si je vais dans un bar on ne me comprend pas, parce qu'ils pensent que je dis des stupidités, même si j'ai des données et eux n'ont que leurs perceptions."

A Macerata la Ligue a un allié inhabituel : Paolo Diop, d'origine sénégalaise, responsable de l'immigration pour le mouvement souverain national. Il estime que l'aide des pays occidentaux encourage une immigration économique irrégulière qui fausse l'équilibre de la société.

«Nous ne pouvons pas accueillir tout le monde sans discernement, dit Paul Diop. Nous aidons ceux que nous pouvons, mais bien sûr, nous devons aussi penser aux Italiens qui traversent maintenant une crise difficile. Bien sûr, il y a aussi la question de la protection de ces personnes qui sont exploitées par la criminalité.»

Ici comme dans le reste de l'Italie, face aux incertitudes et aux difficultés d'un pays qui lutte pour sortir du ralentissement économique, la Ligue semble avoir exploité les espaces vides et l'insatisfaction laissés par la gauche.