DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La "ville" troglodyte de Vardzia en Géorgie

Vous lisez:

La "ville" troglodyte de Vardzia en Géorgie

La "ville" troglodyte de Vardzia en Géorgie
Taille du texte Aa Aa

Dans cette nouvelle édition de Postcards Georgia, nous sommes à Vardzia, un site troglodyte du sud de la Géorgie : un ancien monastère creusé dans la montagne Erusheti à la fin du XIIe siècle sur ordre d'une femme Tamar qui étonnamment, avait le titre de Roi. Une première pour le pays.

"Parmi les trésors architecturaux de la Géorgie, le site de Vardzia est le plus précieux," fait remarquer notre reporter sur place Claudio Rosmino. "Dans cette véritable 'ville' troglodyte, il y avait des habitations, des boutiques, des bibliothèques et même un réseau d'eau : au total, 6000 espaces creusés dans la roche se répartissaient sur treize niveaux," précise-t-il.

"48 ans de travail à la main"

En 1283, un siècle après sa construction, une grande partie de cette "ville" a été détruite par un tremblement de terre. Ce qui est visible aujourd'hui correspond à moins du tiers de sa superficie initiale.

"Il a fallu environ 48 ans de travail à la main pour façonner le complexe troglodyte de Vardzia et il était conçu pour accueillir 50.000 personnes à des fins défensives," explique Tina Zedginidze, guide sur le site de Vardzia. "Mais plus tard, il est devenu un monastère royal qui avait une fonction éducative," ajoute-t-elle.

Un petit groupe de moines vit encore sur place. Aujourd'hui, on peut visiter environ 300 espaces et dans certains tunnels, les anciens canaux d'irrigation continuent d'acheminer de l'eau potable.

Plus de Postcards