Christine Lagarde : un geste pour les Argentins vulnérables

Christine Lagarde, directrice générale du FMI
Christine Lagarde, directrice générale du FMI
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le FMI s'est engagé à ne pas remettre en cause la protection sociale des Argentins les plus vulnérables dans le plan d'aide accordé au pays.

PUBLICITÉ

Le Fonds monétaire international a validé mercredi soir le programme de soutien à l'Argentine.

Christine Lagarde a confirmé qu'un prêt de 50 milliards de dollars avait été adopté. A très court terme, une première ligne de crédit de 15 milliards sera mis à disposition du gouvernement argentin pour soutenir le budget argentin en grande difficulté financière depuis plusieurs semaines.

En contrepartie, Buenos Aires s'est engagé à réduire drastiquement les dépenses de l’État. Les populations les plus vulnérables seront épargnées, promet le FMI.

Christine Lagarde, directrice générale du FMI : "Le troisième pilier du programme consiste à protéger les plus vulnérables de la société. Il s'agit de veiller à ce que les dépenses d'aide sociale ne diminuent pas au cours des trois prochaines années du programme. En outre, si les conditions sociales devaient se détériorer, il est prévu d'augmenter l'allocation budgétaire pour les priorités sociales".

Cet accord avec le FMI a rassuré les marchés au point que l'Argentine devrait faire son retour dans l'indice MSI "marchés émergents" des 2019.

Mais ce programme d'aide inquiète les Argentins. Début juin, ils avaient manifesté par milliers craignant une nouvelle vague d'austérité. Les Argentins n'ont jamais oublié la terrible crise économique du début des années 2000 et le dernier plan d'aide du FMI qui avait littéralement étranglé le pays.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le nouveau président argentin Javier Milei face à une première grève d'ampleur

Argentine : des réformes du droit du travail de Javier Milei suspendues

Javier Miliei annonce que l'Argentine ne rejoindra pas le groupe des BRICS