DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Migrants : le blocage italien

Vous lisez :

Migrants : le blocage italien

Migrants : le blocage italien
Taille du texte Aa Aa

Au lendemain du mini-sommet européen consacré aux migrants, le ministre italien de l'Intérieur s'est rendu lundi à Tripoli pour tenter de négocier l'installation d'un centre de migrants dans le pays.

Peine perdue : les autorités libyennes s'opposent catégoriquement à ce projet. Du moins pour l'instant.

Matteo Salvini, ministre italien de l'Intérieur : "Vu que l'Union européenne a déjà trouvé 6 milliards d'euros pour défendre ses frontières orientales en impliquant la Turquie nos amis libyens font la même demande pour une intervention tout aussi concrète là d'où partent les migrants depuis les pays plus au sud".

En attendant, le bras de fer continue en Méditerranée. Au moins deux navires chargés de migrants attendent désespérément de pouvoir débarquer et le ministre italien n'a pas l'intention d'ouvrir ses ports.

Depuis qu'il a été nommé ministre de l'Intérieur, le leader d'extrême droite italien est parti en guerre contre les ONG qui viennent en aide aux migrants en Méditerranée. Une façon d'obliger les autres pays européens à se monter plus solidaires.

Depuis le début de l'année, environ 11 000 migrants sont arrivés en Italie après avoir été secourus en mer. Soit une baisse de 80% comparé à 2016 et 2017, selon les autorités italiennes.

Avec agences