DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"L'Europe sous-estime sa puissance", estime Javad Zarif

Vous lisez:

"L'Europe sous-estime sa puissance", estime Javad Zarif

Javad Zarif, ministère des Affaires étrangères iranien
Taille du texte Aa Aa

Saeid Jafari s'est entretenu avec le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif en exclusivité pour Euronews, afin d'évoquer les relations entre Téhéran et Bruxelles, et les mesures prises par Washington.

"Ce dont nous avons besoin de la part des Européens", affirme Javad Zarif, "c'est à la fois de l'engagement politique qu'ils ont pris, et de voir maintenant les mesures mises en place concrètement, et pas seulement des écrits ou des paroles, dans le secteur bancaire, dans le secteur des investissements, dans le secteur de l'énergie, dans celui des transports, des PME...

D'une manière générale, l'Europe sous-estime sa puissance et son influence, nous pensons qu'elle devrait être plus active en faveur de la paix et de la sécurité régionale, et internationale, ainsi que pour promouvoir une coopération et un dialogue renforcés".

Javad Zarif n'épargne pas Donald Trump, après la rencontre entre le président américain et son homologue russe Vladimir Poutine, à Helsinki, en Finlande, et ses options sur le dossier syrien.

"Nous avons une bonne communication et une bonne coordination avec la Russie et avec le gouvernement syrien, et nous continuerons dans cette direction. Notre objectif est très clair, c'est aussi celui de la Fédération de Russie : la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme. Maintenant, si le président Trump veut s'en attribuer le mérite, il devrait s'attribuer le mérite de soutenir Daech, c'est ce que les États-Unis et leurs alliés ont toujours fait.

Le fait que des armes américaines aient été trouvées entre les mains du groupe Etat Islamique et d'autres organisations extrémistes est documenté par des sources occidentales. Je pense donc que nous devrions regarder la réalité en face, ceux qui ont combattu le terrorisme, ceux qui ont combattu l'extrémisme, ce sont les Syriens et ceux qui œuvrent avec le peuple syrien".

L'Iran a décidé de poursuivre devant la Cour internationale de justice les Etats-Unis après leur retrait de l'accord sur le nucléaire iranien, en mai dernier, et le retour des sanctions économiques.