DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Barroso: la commission Juncker critiquée pour sa "mauvaise gestion"

Vous lisez:

Affaire Barroso: la commission Juncker critiquée pour sa "mauvaise gestion"

La médiatrice de l'UE, Emily O'Reilly à Strasbourg le 19 avril 2018
@ Copyright :
FREDERICK FLORIN
Taille du texte Aa Aa

La Commission européenne dirigée par Jean-Claude Juncker a été accusée par la médiatrice de l'UE de "mauvaise gestion" pour avoir fermé les yeux sur les activités de lobbying de son prédécesseur José Manuel Barroso.

Saisie de plusieurs plaintes, la médiatrice, Emily O'Reilly, est très sévère dans ses conclusions sur le cas Barroso, rendues publiques mercredi: "La réponse de la Commission aux recommandations et suggestions d'amélioration du Médiateur n'a pas été satisfaisante".

"Le Médiateur clôt donc son enquête en confirmant sa constatation de mauvaise gestion", conclut Mme O'Reilly.

Employé par la banque d'investissement Goldman Sachs en 2016, l'ancien président de la Commission européenne de 2004 à 2014 s'était engagé par écrit à ne pas faire de lobbying auprès de l'équipe dirigée par Jean-Claude Juncker.

Or le Portugais a rencontré l'un des vice-présidents de la Commission, le Finlandais Jirki Kaitainen, le 25 octobre 2017 dans un hôtel près du siège de l’exécutif bruxellois.

Chargé notamment des Investissements et de la Compétitivité, M. Katainen, ancien Premier ministre en Finlande, fait partie de la frange la plus libérale de la Commission et a été brièvement commissaire de M. Barroso en 2014.

"La rencontre a été enregistrée en tant que réunion avec la banque Goldman Sachs" et est donc "considérée comme une rencontre à des fins de lobbying", même si MM. Barroso et Katainen ont ensuite affirmé qu'il s'agissait d'une "entrevue privée et personnelle", a souligné Mme O'Reilly.

"Le contenu de la réunion a également conduit à la conclusion que la réunion couvrait, au moins en partie, les questions de commerce et de défense", a-t-elle ajouté.

La médiatrice avait demandé à la Commission européenne de solliciter un avis du comité d'éthique et lui avait recommandé d'exiger formellement que son ancien président s'abstienne de faire du lobbying auprès de la Commission pendant un certain nombre d'années supplémentaires.

Jean-Claude Juncker n'a pas donné suite, déplore Mme O'Reilly.

La médiatrice a transmis ses conclusions au Parlement européen et demandé qu'une suite soit donnée à ses recommandations et suggestions d'amélioration du code de conduite imposé aux commissaires et aux anciens commissaires européens.

Emily O'Reilly avait également été saisie de plaintes contre la très controversée décision de Jean-Claude Juncker de promouvoir en février son directeur de cabinet Martin Selmayr au poste stratégique de secrétaire général de la Commission européenne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.