EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

"Le char du futur" : les ministres de la Défense allemand et français signent un projet d'armement d'un milliard d'euros

Le ministre français de la Défense Sébastien Lecornu, à droite, et son homologue allemand Boris Pistorius se serrent la main après la signature d'un accord à Paris le vendredi 26 avril 2024.
Le ministre français de la Défense Sébastien Lecornu, à droite, et son homologue allemand Boris Pistorius se serrent la main après la signature d'un accord à Paris le vendredi 26 avril 2024. Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Sophia Khatsenkova
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le ministre français de la Défense a reçu vendredi son homologue allemand pour signer un accord entre les deux pays pour la construction d'un char de combat de nouvelle génération.

PUBLICITÉ

Les ministres de la Défense de la France et de l'Allemagne se sont rencontrés à Paris ce vendredi pour ratifier un accord sur un nouveau projet de char conjoint baptisé Main Ground Combat System (MGCS).

Cet accord officiel donne le coup d'envoi au développement de la première phase du véhicule blindé, surnommé le "char du futur", un projet d'une valeur de plusieurs milliards d'euros.

Le nouveau char de combat est destiné à remplacer le char Leopard 2 allemand et le char Leclerc français.

Bien que les deux ministres aient insisté sur le fait que le projet ne devait pas être considéré comme un nouveau modèle du char Leopard 2, l'un des véhicules de combat les plus avancés au monde.

"Il ne s'agit pas de fabriquer un Leopard 3 ou 4, mais de concevoir quelque chose de totalement nouveau", a souligné Boris Pistorius, le ministre allemand de la Défense.

Le char intégrerait une intelligence artificielle et disposerait de certains systèmes automatisés qui ne nécessiteront pas de "pilotes humains", a déclaré Pistorius.

Les ministres ont annoncé que la distribution des contrats pour les fabricants devrait être finalisée d'ici la fin de l'année, "un objectif ambitieux", ont-ils déclaré à des journalistes.

Le réservoir de nouvelle génération devrait être terminé d'ici 2040.

Le développement d'un char de nouvelle génération montre comment l'Europe développe son industrie de défense, dans le but de concurrencer la technologie militaire croissante de pays tels que l'Inde et la Chine.

Comment l'offre MGCS sera-t-elle distribuée ?

Le MGCS est le deuxième grand projet industriel d'armement entre les deux puissances européennes.

Cela coïncide avec un autre grand projet franco-allemand visant à construire l'avion de chasse de nouvelle génération, le FCAS, en plus des systèmes de drones.

L'Allemagne est censée diriger le développement du MGCS, tandis que la France joue un rôle de premier plan dans le développement du FCAS.

Les deux pays se partageront à parts égales le prix du nouveau char.

Sébastien Lecornu, le ministre français de la Défense, a désigné le KNDS, Rheinmetall et Thales comme les entreprises susceptibles de contribuer à la construction du MGCS.

Cependant, le projet, discuté pour la première fois en 2017, a été en proie à des désaccords et à des tensions politiques entre les deux pays sur des sujets tels que la transition énergétique.

Boris Pistorius a toutefois rassuré les participants en affirmant que cet accord commun était "un signe de notre confiance mutuelle malgré le contexte géopolitique actuel".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

À Varsovie, Rishi Sunak annonce augmenter le budget défense du Royaume-Uni et aider l'Ukraine

Des Patriots pour l'Ukraine : les appels se multiplient pour que les pays de l'UE fournissent des systèmes de défense aérienne

Guerre en Ukraine : la défense aérienne reste la priorité