EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Bardella s'attaque à l'Europe après le discours de Macron à la Sorbonne

Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, prononce un discours lors d'un meeting à Marseille, dans le sud de la France, dimanche 3 mars. 3, 2024
Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, prononce un discours lors d'un meeting à Marseille, dans le sud de la France, dimanche 3 mars. 3, 2024 Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Sophia Khatsenkova
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de file du Rassemblement National s'en est pris à l'Europe "trop bureaucratique" et l'immigration massive, tout en évoquant la dissolution de l'Assemblée en cas de "désaveu" du parti présidentiel aux européennes de juin.

PUBLICITÉ

Quelques heures seulement après le discours du président Emmanuel Macron sur l'Europe, le chef du parti d'extrême droite RN Jordan Bardella a tenu une conférence de presse à la dernière minute ce jeudi pour dévoiler sa campagne pour les élections européennes. 

Mais avant tout, le candidat de 28 ans qui caracole en tête des sondages, n'a pas pu s'empêcher de lancer une pique au président, critiquant son implication dans la campagne électorale.

Le président de la République a pris le parti d'intervenir directement et personnellement dans une campagne électorale. Le fait d'intervenir ainsi acte un engagement personnel et direct, un engagement symbolique et éminemment politique. Or, qui dit engagement politique et personnel dit nécessairement responsabilité politique. La conséquence concrète et immédiate, nous l'avons dit, devrait être la dissolution de l'Assemblée nationale. L'intervention, ô combien politique d'aujourd'hui, rend cette option inévitable en cas de désaveu électoral de la liste du président Macron.
Jordan Bardella
Tête de liste RN aux européennes

La tête de liste du Rassemblement national a déroulé son programme contre une Europe selon lui trop bureaucratique et une immigration massive.

Il a également exprimé son opposition à l'adhésion à l'UE de pays tels que l'Ukraine et la Turquie.

L'annonce a duré 20 minutes avant que le candidat ne disparaisse soudainement, refusant de répondre aux questions.

Il a laissé la parole à son directeur de campagne, visiblement mal à l'aise alors que les journalistes exprimaient leur mécontentement.

"Emmanuel Macron n'a pas répondu aux questions des journalistes, donc Jordan Bardella ne répondra pas non plus aux questions ce soir", a tenté de justifier Alexandre Loubet, son directeur de campagne.

Un argument maladroit puisque Emmanuel Macron a tenu un discours - et non une conférence de presse (habituellement suivie de questions des journalistes) - et surtout **n'est pas candidat aux élections européennes de juin, contrairement à M. Bardella.
**

Ce n'est pas la première fois que Jordan Bardella fuit la confrontation. Il a déjà refusé de participer à trois débats contre ses opposants, dont un sur l'environnement, la semaine dernière à Angers

Ce refus de répondre intervient alors que le Rassemblement national est confronté à une vague de scandales. Le numéro trois sur la liste RN. Fabrice Leggeri, ancien chef de Frontex, a récemment fait l'objet d'une plainte déposée par deux ONG l'accusant d'être complice de crimes contre l'humanité pour avoir participé au refoulement de migrants en Méditerranée.

L'allié principal du RN en Allemagne, le parti d'extrême droite AfD a été frappé par des accusations de corruption suite à des révélations qu'un assistant parlementaire aurait espionné au profit de la Chine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : les enjeux nationaux éclipsent-ils les enjeux européens ?

Élections européennes : Conseils pour éviter la désinformation

Quand les chatbots d'IA fournissent des informations erronées sur les élections européennes