DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une version sombre et envoûtante de Parsifal à Munich

Vous lisez:

Une version sombre et envoûtante de Parsifal à Munich

Une version sombre et envoûtante de Parsifal à Munich
Taille du texte Aa Aa

Ultime opéra de Wagner, "Parsifal" est un voyage philosophique et mystique inédit qui évoque la quête du Saint-Graal. Une nouvelle production sombre et envoûtante a récemment ouvert le Festival d'opéra de Munich à l'Opéra d'État de Bavière.

Les décors sont signés du célèbre artiste contemporain allemand Georg Baselitz et son casting est sublime avec Nina Stemme en Kundry, René Pape en Gurnemanz et Jonas Kaufmann dans le rôle du héros au cœur pur, Parsifal.

"Parsifal est fondamentalement, une pièce très intense," assure le ténor star allemand. "Pour moi, c'est l'œuvre la plus accomplie de Wagner dans le sens où pour la première fois, la trame ne se résume pas à l'Histoire, aux héros, aux sagas des dieux et à l'amour ; il est question ici de religion - quelle qu'elle soit -, de désir, de souffrance et du salut de l'âme," estime-t-il.

Toutes les religions

La basse allemande René Pape renchérit : "Wagner s'est aussi nourri de bouddhisme et d'autres religions : je ne crois pas que l'on puisse résumer son propos au christianisme, c'est plus universel. Tout homme qui croit en quelque chose se sentira proche de Parsifal," insiste-t-il.

La soprano suédoise Nina Stemme juge pour sa part que "l'œuvre nous transporte dans différents mondes. En même temps, elle est énigmatique et magnifique, elle est tournée vers l'avenir - du point de vue de Wagner, pourrait-on dire - et elle fait aussi référence au passé," ajoute-t-elle.

La première de cette pièce que Wagner qualifiait de "festival de musique sacrée" remonte à 1882. Elle raconte la destinée de Parsifal qui doit sauver une confrérie de chevaliers chargés de protéger les dernières reliques du Christ. La rencontre du jeune innocent avec la mystérieuse Kundry bouleversera les deux intéressés.

"La mécanique est lancée"

"Au cours de cette scène," indique Nina Stemme, "il se passe quelque chose chez Kundry : elle comprend qui est ce Parsifal ou qui il peut être. Donc en fait, elle tombe amoureuse de lui en tant que femme et non pas en tant que séductrice," précise-t-elle.

Jonas Kaufmann poursuit : "Lors de ce baiser, une chose très claire lui apparaît : il voit son avenir, il sait quelle est sa mission et il sent qu'il peut devenir quelqu'un qui va tout changer."

"On dit en général que cela prend du temps de se plonger dans la musique de Wagner," reconnaît le ténor. "Mais à un moment donné, tous les engrenages se mettent à tourner et la mécanique est lancée, elle vous piège comme une addiction et vous perdez les notions du temps et de l'espace."

Le festival d'opéra de Munich se poursuit jusqu'au 31 juillet 2018. **De nouvelles représentations de Parsifal sont prévues les 31 juillet 2018 et 24, 28 et 31 mars 2019.**

À noter que l'Opéra d'État de Bavière a été désigné par les Opera Awards, "Compagnie lyrique de l'année" 2018.

Plus de musica