DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : la banque d'Angleterre abaisse ses taux

Vous lisez:

Brexit : la banque d'Angleterre abaisse ses taux

Brexit : la banque d'Angleterre abaisse ses taux
Taille du texte Aa Aa

A l’unanimité de son conseil, la Banque d’Angleterre augmente ses taux d’intérêt pour la livre sterling. Abaissés en 2008 à un niveau proche du plancher pour faire face à la crise financière, le taux directeur passe de 0,5% à 0,75%, alors que l’économie britannique tourne presque à plein régime.

Une décision qu'a justifié longuement Mark Carney, gouverneur de la banque d'Angleterre, devant la presse : "Aujourd'hui, l'emploi est à un niveau record. La capacité de réserve de l'économie est très limitée. Les salaires réels s'améliorent et les pressions externes sur les prix diminuent. Compte tenu de l'inflation générée à l'échelle nationale et de la perspective d'une demande excédentaire dans l'économie, un resserrement modeste de la politique monétaire semble convenir pour ramener l'inflation à sa cible de 2 % et pour la maintenir."

Les incertitudes du Brexit

A moins d’un an de la concrétisation d’un Brexit dont on peine toujours à dessiner les contours, cette hausse des taux pourrait aussi permettre à la banque de conserver une certaine marge de manœuvre, en cas de turbulence liées à la sortie de de l’Union Européenne

Pour Craig ERLAM, analyste de marché chez Oand, ces précautions sont inutiles.

"Si le Royaume-Uni et l'UE ne parviennent pas à un accord et que nous nous dirigeons vers un "scénario sans accord ", la Banque d'Angleterre pourrait être forcée de faire marche arrière très rapidement. Donc je ne vois pas l'intérêt de tout ça. Je crois vraiment que la Banque veut donner la priorité à la crédibilté car elle souhait déjà relever les taux en mai, alors que ce qu’il faudrait faire c’est plutôt attendre".

La banque d’Angleterre se place dans un scénario de hausses des taux limitées et graduelles, alors qu'elle prévoit que l'inflation ne dépasse qu'à peine son objectif de 2% au cours des prochaines années.

A l'annonce de la décision, la livre Sterling s'est renforcée, avant de faiblir et de s'inscrire en baisse par rapport à l'euro et au dollar, un révélateur de la prudence des investisseurs.