DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte: "pas de justice" pour des centaines de manifestants tués en 2013, selon HRW

Vous lisez:

Egypte: "pas de justice" pour des centaines de manifestants tués en 2013, selon HRW

Egypte: "pas de justice" pour des centaines de manifestants tués en 2013, selon HRW
Taille du texte Aa Aa

Human Rights Watch (HRW) a exhorté lundi l'Egypte à rendre "justice" aux victimes d'un assaut meurtrier contre une manifestation qui a fait des centaines de morts en 2013 et dont les responsables, membres des forces de sécurité, n'ont toujours pas été poursuivis.

Il y a cinq ans, le 14 août 2013, les forces de l'ordre avaient lancé un assaut sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda au Caire, où des milliers de personnes campaient avec femmes et enfants depuis six semaines pour réclamer le retour de l'islamiste Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte (en 2012).

Au moins 817 manifestants sont morts dans les heures ayant suivi l'assaut, selon l'ONG pour les droits de l'homme, qui parle de la "tuerie de masse la plus importante de l'histoire moderne égyptienne".

Depuis, des centaines d'islamistes, dont des responsables des Frères musulmans de M. Morsi, ont été jugés au cours de procès de masse, dénoncés comme "expéditifs" par les ONG de défense des droits de l'homme. Mais aucun membre des forces de sécurité n'a été poursuivi pour la mort des manifestants.

"Cinq ans après le massacre de Rabaa, la seule réponse des autorités a été de mettre à l'abri les responsables de ces crimes", affirme dans un communiqué la directrice de HRW pour le Moyen-Orient Sarah Leah Whitson.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.