DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chine - Etats-Unis : la guerre commerciale continue

Vous lisez :

Chine - Etats-Unis : la guerre commerciale continue

Chine - Etats-Unis : la guerre commerciale continue
Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis ont frappé jeudi de nouvelles taxes douanières 16 milliards de dollars de produits chinois, déclenchant des représailles immédiates de Pékin, alors même que des pourparlers ont repris pour enrayer la guerre commerciale entre les deux puissances.

La nouvelle tranche de droits de douane imposés par Washington à partir de 04H01 GMT porte à 50 milliards de dollars annuels la valeur totale des marchandises chinoises taxées à 25% en entrant sur le territoire américain. Un millier de produits, notamment des composants électroniques et machines-outils, sont concernés.

La Chine, qui promettait de rendre coup pour coup, a aussitôt réagi en annonçant "des représailles nécessaires", par la voix du ministère chinois du Commerce.

Sont ainsi entrées en vigueur simultanément des taxes douanières chinoises à 25% ciblant 16 milliards de dollars de biens américains importés par le géant asiatique, dont des produits emblématiques comme les motos Harley-Davidson, le bourbon ou le jus d'orange, parmi des centaines d'autres.

Pour l'administration Trump, qui accuse la Chine de pratiques "déloyales" et de "vol de propriété intellectuelle", l'objectif reste d'intensifier la pression sur le géant asiatique pour l'amener à réduire son colossal excédent commercial avec les Etats-Unis.

Mais cette escalade intervient quelques heures avant la deuxième journée de discussions organisées à Washington entre négociateurs américains et chinois pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale des deux premières puissances économiques mondiales.

Mercredi à Washington, le vice-ministre chinois du Commerce Wang Shouwen et le vice-ministre chinois des Finances Liao Min ont rencontré le sous-secrétaire américain au Trésor chargé des affaires internationales David Malpass et des adjoints du Représentant au commerce.

Si les Chinois ont fait preuve d'optimisme avant la rencontre, le président américain Donald Trump a été beaucoup plus circonspect, affirmant ne pas "en attendre grand chose".

Ces pourparlers constituent la première réouverture d'un dialogue -- mais pas encore à un niveau ministériel -- depuis juin: Wilbur Ross, ministre américain du Commerce, s'était alors rendu à Pékin, sans parvenir à faire retomber la pression.

Washington avait ainsi imposé début juillet des taxes sur des importations de produits chinois (panneaux solaires, acier, aluminium...) représentant 34 milliards de dollars, entraînant des représailles chinoises sur un montant équivalent de biens américains, notamment le porc et le soja.

Cette semaine, Wilbur Ross a cependant affiché son assurance sur la chaîne CNBC.

"Nous avons beaucoup plus de munitions qu'eux. Ils le savent. Notre économie est bien plus forte que la leur", a-t-il lancé, ajoutant que la Chine ne pourra pas continuer à riposter au même rythme que les États-Unis.

Trump a menacé de cibler la totalité des 500 milliards de dollars de marchandises que les États-Unis importent de Chine.

De fait, la stratégie du "oeil pour oeil" trouve ses limites, la Chine important presque quatre fois moins qu'elle n'exporte vers les Etats-Unis.

Tandis que Washington réfléchit pour septembre à une nouvelle vague de taxes sur 200 milliards d'importations de produits chinois, Pékin a indiqué qu'il ne taxerait dans ce cas-là... qu'environ 60 milliards de dollars de biens américains supplémentaires.

Mais le régime communiste pourrait en revanche accroître la pression réglementaire et fiscale sur les entreprises américaines opérant en Chine, Boeing, Apple et groupes automobiles en tête.

Avec AFP