DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Abus : le pape égrène les "pardons" à Dublin

Vous lisez:

Abus : le pape égrène les "pardons" à Dublin

Abus : le pape égrène les "pardons" à Dublin
Taille du texte Aa Aa

Le pape François a égrené dimanche lors d'une messe géante à Dublin une longue liste de "pardons" aux victimes d'abus commis par le clergé ou des institutions religieuses en Irlande, mais s'est vu lui-même durement accuser d'avoir couvert un prélat soupçonné d'abus.

Au terme de deux journées de visite très focalisées sur les abus commis au sein de l'Eglise, le pape est arrivé en papamobile sous un ciel pluvieux dans l'immense parc Phoenix de Dublin. L'occasion pour ce pays, qui reste l'un des plus catholiques d'Europe, d'exprimer une ferveur populaire.

Dès sa première prise de parole devant les fidèles, François a créé la surprise en égrenant dans sa langue natale espagnole une litanie de pardons destinés aux "survivants d'abus de pouvoir, d'abus de conscience et d'abus sexuels" en Irlande.

Depuis 2002, plus de 14.500 personnes se sont déclarées victimes d'abus sexuels commis par des prêtres en Irlande, et la hiérarchie de l'Église irlandaise est accusée d'avoir couvert des centaines de prêtres.

L'ampleur de ces scandales explique en partie la perte d'influence de l'Eglise sur la société irlandaise ces dernières années.

Le pape François a lui-même été mis en cause dimanche par un ex-ambassadeur auprès du Vatican à Washington, l'archevêque Carlo Maria Vigano, qui l'accuse d'avoir annulé des sanctions contre le cardinal américain Theodore McCarrick, en faisant fi de signalements de son "comportement gravement immoral avec des séminaristes et des prêtres".

"La corruption a atteint le sommet de la hiérarchie de l'Eglise", affirme dans une lettre Mgr Vigano, en allant jusqu'à demander la démission du pape.

Cette lettre, confirmée par son auteur, a été publiée samedi dans plusieurs publications catholiques américaines de tendance traditionaliste ou ultra-conservatrice ainsi que dans un quotidien italien de droite.

AFP