DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Attaque d'Amsterdam: le jeune Afghan présenté lundi à un juge

Vous lisez:

Attaque d'Amsterdam: le jeune Afghan présenté lundi à un juge

Attaque d'Amsterdam: le jeune Afghan présenté lundi à un juge
Taille du texte Aa Aa

L'Afghan de 19 ans soupçonné d'avoir attaqué au couteau deux Américains vendredi dans la gare d'Amsterdam sera présenté à un juge lundi, a annoncé la police néerlandaise dimanche, Washington dénonçant un acte "gratuit et effrayant".

Le suspect, identifié par les autorités comme "Jawed S.", "sera présenté à un juge et aucun détail supplémentaire ne sera communiqué avant cela", a annoncé la police d'Amsterdam dans un communiqué.

La mairie d'Amsterdam avait indiqué samedi qu'"à la suite d'une première déclaration du suspect, il est apparu que l'homme avait une motivation terroriste", dans un communiqué après que la police eut interrogé le jeune Afghan.

Jawed S., âgé de 19 ans, avait un permis de résidence allemand. Son appartement a été perquisitionné samedi par la police, qui n'a communiqué aucun détail sur sa localisation.

"Il est probable que le juge le maintienne en détention pour deux semaines afin que les enquêteurs puissent continuer leur investigation", a déclaré à l'AFP un représentant du parquet néerlandais.

Deux Américains ont été grièvement blessés au cours de l'attaque survenue vendredi à la mi-journée dans la gare centrale d'Amsterdam, située à proximité du centre historique de la ville.

"Les autorités néerlandaises ont annoncé que leur enquête se concentre sur une motivation terroriste pour cette attaque gratuite et effrayante", a indiqué dimanche dans un communiqué la porte-parole du département d’État, Heather Nauert.

"Les Etats-Unis se tiennent aux côtés de nos alliés néerlandais et d'autres dans notre combat commun contre toutes les formes de terrorisme", a-t-elle ajouté, remerciant les policiers et médecins d'Amsterdam "pour leurs efforts courageux et couronnés de succès pour appréhender l'agresseur et soigner nos concitoyens".

- Menace substantielle -

Le Premier ministre Mark Rutte a exhorté après l'attaque les citoyens néerlandais à "rester vigilants en permanence".

La police d'Amsterdam avait indiqué dès vendredi soir prendre "sérieusement en compte la possibilité d'un motif terroriste".

Cette attaque est survenue au lendemain d'un appel des talibans afghans à des attaques contre les troupes néerlandaises après la tentative du député d'extrême droite Geert Wilders d'organiser un concours de caricatures du prophète Mahomet.

M. Wilders a depuis annulé le concours, qui a fortement irrité les musulmans et suscité des protestations au-delà des Pays-Bas, "afin d'éviter tout risque de victimes de la violence islamique", a-t-il dit.

Les témoins ont décrit des scènes de panique vendredi, entre coups de feu et évacuation d'urgence de milliers de passagers et touristes.

Environ 250.000 personnes se rendent chaque jour dans cette gare très fréquentée de la capitale néerlandaise, située à proximité du centre historique de la ville.

Un témoin a vu un jeune homme "s'écrouler", avant d'entendre des coups de feu. Un peu plus tard, il a dit avoir aperçu un autre homme allongé au sol.

La police a rapidement réagi et atteint l'assaillant aux membres inférieurs. Il a été emmené à l'hôpital avec les deux victimes de l'attaque.

La police n'a pas donné de détails sur l'état actuel des blessés, que la police avait déclaré "satisfaisant" samedi.

Plusieurs attaques ont été perpétrées en Europe ces dernières années, mais les Pays-Bas, limitrophes ou proches de certains pays touchés (France, Belgique, Allemagne), avaient été jusqu'ici épargnés.

En revanche, en 2004, Theo van Gogh a été tué à l'arme blanche à Amsterdam par un musulman qui voulait se venger d'un film du polémiste et cinéaste qui selon certains offensait l'islam.

Des membres des services de sécurité néerlandais ont cependant insisté sur l'existence d'une menace substantielle, alors que selon des informations certains individus liés à des attaques extérieures étaient passés par les Pays-Bas.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.