DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le téléphone portable banni des cours de récré françaises

Vous lisez:

Le téléphone portable banni des cours de récré françaises

Le téléphone portable banni des cours de récré françaises
Taille du texte Aa Aa

"Textoter" pendant la récré : les écoliers et les collégiens français n'en auront plus l'occasion cette année.

Déjà interdit en classe, l'usage du téléphone portable était jusqu'alors géré par chaque établissement hors du temps scolaire. Le gouvernement d'Emmanuel Macron a décidé de le bannir dans l'ensemble des écoles publiques, exception faite des lycées.

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, s'est félicité de cette mesure lors de sa conférence de presse détaillant les mesures pour la rentrée :

"Il y a des aspects négatifs dans les technologies nouvelles et il faut savoir s'en prémunir, je pense à la protection des données en particulier, mais c'est vrai aussi du cyberharcèlement, de la fréquentation des sites violents ou pornographiques et puis bien entendu de l'addiction aux écrans, au travers en particulier des téléphones portables. C'est un message humaniste à destination de nos enfants et de nos adolescents sur la nécessité de se regarder dans les yeux, de se parler, de savoir laisser de côté son téléphone."

L'interdiction systématique du smartphone est regretté par certains professeurs qui estiment que celui-ci aurait pu être intégré aux programmes.

Chez nos voisins européens, le téléphone est déjà interdit au Danemark ou encore en Bavière, dans le sud de l'Allemagne. L'Italie autorise en revanche l'usage pédagogique durant les cours, accompagné par un professeur, alors qu'en Belgique et en Grande-Bretagne, le choix est laissé à chaque établissement. Apparemment, la tendance est à l'interdiction.

En France, les écoles et les collèges choisiront leurs propres modalités : en imposant soit de l'éteindre, soit de le déposer à l'arrivée dans des casiers. Dans les faits, la plupart avait déjà régulé l'utilisation du portable dans les règlements intérieurs.