DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jean-Claude Juncker à l'épreuve du nationalisme

Vous lisez:

Jean-Claude Juncker à l'épreuve du nationalisme

Jean-Claude Juncker à l'épreuve du nationalisme
Taille du texte Aa Aa

Le discours annuel de Jean-Claude Juncker a commencé par un cadeau, Nigel Farage et une petite boite verte. L'ancien dirigeant du mouvement pro-Brexit, UKIP, a offert au Président de la Commission européenne des chaussettes aux couleurs de l'Union Jack.

J'ai tenu ma promesse @JunckerEU et lui ai donné une paire de chaussettes Union Jack!

Le message était clairement nationaliste. Un nationalisme contre lequel Jean-Claude Juncker s'est exprimé dans son discours, affirmant que "le patriotisme était une vertu, mais qu'un nationalisme incontrôlé était entaché de poison et de supercherie”.

Ce qui n'a pas plu à Nigel Farage. “ Il était uniquement question de pouvoir, pouvoir, pouvoir sans aucune prise de conscience du mécontentement grandissant" a réagi le parlementaire européen, avant d'ajouter : "Il nous a incité à être des patriotes européens et à ne pas être patriotes au niveau national.”

Dans son discours, le Président de la Commission a fait des pas vers les plus nationalistes avec sa proposition de renforcer les frontières extérieures. Une proposition qui a laissé de marbre l'Eurodéputé polonais ultra-conservateur, Ryszard Antoni legutko. “C'était hautement prévisible, il n'y a rien de nouveau" estime le co-Président du groupe des conservateurs européens.

Ryszard Antoni legutko, député européen polonais, ECR

"Certaines propositions sont faites trop tardivement comme le renforcement des frontières extérieures, ce qui semble une bonne idée mais qui est difficile à mettre en oeuvre.”

De l'autre côté de l'équichier politique, le discours de Jean-Claude Juncker a rencontré les critiques des plus radicaux. Le Président de la Commission a raté le principal pour la parlementaire allemande, Gabriele Zimmer.

Gabriele Zimmer, députée européenne allemande, "Die Linke"

“Il a simplement dit “Nous devons être plus fort dans le monde. Nous devons parler d'un seul langage, ensuite nous serons davantage respectés" et ainsi de suite. Et il a oublié le principal, le fait que le seul respect que nous devons obtenir, c'est celui de nos propres citoyens”.

Le Président de la Commission européenne termine son mandat en novembre 2019.