DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Israël: les parents d'un soldat mort se battent pour récupérer son corps

Vous lisez :

Israël: les parents d'un soldat mort se battent pour récupérer son corps

Israël: les parents d'un soldat mort se battent pour récupérer son corps
Taille du texte Aa Aa

Quatre ans après la mort de leur fils, Leah et Simha Goldin sont devenus malgré eux des visages familiers pour les Israéliens, qui suivent avec attention leur combat pour récupérer le corps de leur enfant et lui offrir enfin une sépulture.

Leah, informaticienne, et Simha, professeur d'histoire, ont perdu leur fils, le lieutenant Hadar Goldin, tué le 1er août 2014, lors d'une des journées les plus sanglantes de la guerre de Gaza entre Israël et les groupes armés palestiniens.

gi

Des milliers de personnes avaient assisté deux jours plus tard aux funérailles du soldat de 23 ans dans le cimetière de Kfar Saba, près de chez lui.

Mais, en réalité, sa dépouille n'a jamais été retrouvée. Monnaie d'échange précieuse, elle serait entre les mains du Hamas, le mouvement islamiste qui gouverne la bande de Gaza et avec lequel Israël observe un cessez-le-feu tendu.

Depuis la mort de Hadar, Leah et Simha Goldin se battent pour obtenir le corps du jeune homme, l'un de leurs quatre enfants.

Ces dernières semaines, leur combat a fait l'objet d'un regain d'intérêt, alors que des efforts diplomatiques ont lieu en vue d'une trêve durable entre Israël et le Hamas.

Si l'Etat hébreu accepte un accord de longue durée avec le mouvement palestinien sans parvenir à assurer le retour de la dépouille de Hadar auprès de sa famille, les parents du soldat se sentiront insultés et le gouvernement israélien se couvrirait de honte, assurent-ils à l'AFP.

Dans leur salon à Kfar Saba, entourés de livres et de photos de famille, Leah Goldin rappelle: "Ce que nous avons dans le coeur, ce couteau planté dans le coeur en permanence, nous ne l'avons pas voulu, il nous a été infligé".

- Pression sur Netanyahu -

Leah et Simha Goldin ont rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu le 2 septembre avec les membres de la famille d'Oron Shaul, l'un des autres soldats tués en 2014 et dont le corps manque également à l'appel.

M. Netanyahu a assuré aux Goldin et aux Shaul qu'il n'y aurait "pas d'arrangement avec le Hamas sans la restitution des corps de deux soldats".

Mais les Goldin sont repartis "déçus" et continuent d'accuser M. Netanyahu de "ne rien faire de significatif" pour leur fils.

Hadar Goldin est mort le 1er août 2014 lors d'une mission avec son unité de reconnaissance dans un tunnel près de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, alors que les belligérants observaient une trêve humanitaire de 72 heures.

Lui et ses camarades auraient été surpris par des combattants palestiniens. Les Palestiniens auraient réussi à emmener le corps de Hadar Holdin dans le tunnel. Cet affrontement avait fait trois morts israéliens.

La rupture de la trêve et la disparition de Hadar Goldin avaient provoqué un branle-bas de combat, Israël soumettant Rafah à un déluge de feu, d'autant qu'initialement le soldat avait été présumé encore en vie.

Des dizaines de Palestiniens (environ 70 civils selon l'armée israélienne, au moins 135 selon l'ONG Amnesty International) avaient été tués au cours de ce "vendredi noir".

Soixante-huit soldats et six civils ont été tués côté israélien pendant la guerre de 2014 contre les groupes armés de Gaza. Elle avait pris fin 25 jours après ce "vendredi noir", sans que le corps de Hadar, alors considéré comme mort, n'ait été récupéré par l'armée israélienne.

Cette guerre a tué plus de 2.200 personnes côté palestinien, dont 551 enfants, selon l’ONU.

Benjamin Netanyahu "aurait pu conditionner la fin de la guerre à la restitution des soldats, il ne l'a pas fait et c'est pourquoi cette histoire continue depuis quatre ans", se plaint Simha Goldin.

- Jusqu'à Gaza -

Pour les Israéliens, le sort du soldat Goldin fait écho à celui du soldat Gilad Shalit, kidnappé en 2006 et séquestré pendant cinq ans. Il avait été échangé en 2011 contre un millier de prisonniers palestiniens.

Le sort des soldats disparus est un sujet particulièrement sensible dans un pays de neuf millions d'habitants où la très grande majorité des jeunes juifs sont soumis au service militaire obligatoire.

La religion juive accorde en outre une grande importance aux rites funéraires.

"Accorder un enterrement juif à un soldat mort constitue un acte de vraie grâce", affirme Simha Goldin. "Tout juif dans le monde sait qu'il s'agit de la première chose à faire et cela n'a pas été fait".

Pour sensibiliser l'opinion publique à leur cause, les parents de Hadar ont organisé des expositions de ses peintures, participé à des discussions parlementaires, rencontré des ministres. Ils ont aussi été invités à l'ONU et au Parlement européen.

La souffrance des Goldin a ému de nombreux Israéliens. "Je n'ai jamais eu droit à autant d'accolades, ni été autant embrassée de ma vie", raconte Leah Goldin.

La mère de Hadar le promet: elle ne lâchera pas prise. "Même si je dois aller à Gaza", assure-t-elle. Pas seulement pour son fils, mais pour tous les soldats "qui se battront durant la prochaine guerre".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.