PUBLICITÉ

Quand Christine Lagarde rappelle l'importance d'un accord sur le Brexit

Quand Christine Lagarde rappelle l'importance d'un accord sur le Brexit
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quand Christine Lagarde rappelle l'importance d'un accord sur le Brexit

PUBLICITÉ

"Christine Lagarde était ici à Londres pour donner une conférence de presse aux côtés du chancelier Philip Hammond. Il est l'un des derniers supporters à l'intérieur du cabinet. Il a régulièrement alerté publiquement sur ce qui se passerait en cas de non-accord sur le Brexit meme si cela froissait ses collègues brexiters et  parfois la Première ministre. Mais Christine Lagarde a été très claire, il y aura des coûts pour l'économie britannique sur chaque bilan lié au Brexit.

Dans le scenario d'un non-accord, elle a précisé qu'il y aurait des coûts substantiels et avertit qu'un retrait désordonné ou un crash de l'UE aurait de sérieuses conséquences : croissance réduite, déficit augmenté, dépréciation de la livre sterling, tout cela conduisant à une réduction générale de la taille de l'économie, et nous savons que cela entraînerait une stagnation des salaires et probablement aussi une augmentation du chômage.
Quel que soit l'accord passé, vous ne pouvez pas oublier l'importance de la géographie quand on parle de commerce. Dans la perspective d'un Royaume-Uni trouvant un accord avec l'UE, elle assure que "les projections actuelles du FMI tablent sur une croissance de 1,5% en 2018 et 2019, sur la base d'un accord opportun avec l'UE sur un vaste accord de libre-échange et un processus de sortie relativement ordonné par la suite." Il y a bien sûr aussi cette période supplémentaire de transition de deux ans dont elle parle aussi.

Maintenant, ces mots vont être très bien accueilli par le chancelier, c'est quelque chose qu'il a sans cesse essayer de répéter à ses collègues du cabinet. La répercussion financière parce que si l'économie commence à réduire, si il y a un scenario de non-accord, il sera la personne, si il est toujours en place, chargée de contrôler la situation et d'imposer les coupes.

C'est donc un message fort de la part de Christine Lagarde, elle conclut en disant qu'elle espère qu'un accord puisse maintenant être trouvé.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Royaume-Uni veut abaisser degré d'alcool des vins pour promouvoir sa production à l'étranger

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Irlande du Nord : vers une levée du blocage des institutions