DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Boxe: Joshua face à Povetkin, un dernier test ardu avant Wilder

Vous lisez:

Boxe: Joshua face à Povetkin, un dernier test ardu avant Wilder

Boxe: Joshua face à Povetkin, un dernier test ardu avant Wilder
Taille du texte Aa Aa

Le Britannique Anthony Joshua, champion WBA, IBF et WBO des poids lourds, remet ses ceintures en jeu samedi à Londres contre le Russe Alexander Povetkin, un dernier test ardu avant le futur combat espéré début 2019 contre le champion WBC, l'Américain Deontay Wilder.

"Qui suis-je pour ne pas connaitre la défaite ? Je me suis incliné lorsque j'étais amateur, cela ne m'a pas empêché d'arriver là où je suis aujourd'hui. (...) La peur de perdre est toujours bien présente," a déclaré un Joshua prudent aux journalistes présents à Wembley pour la pesée.

Un passage obligé qui a montré le premier avantage du champion WBA, IBF et WBO : il pèse 111 kg, soit 14 kg de plus que son adversaire (97 kg). Le Britannique aura de surcroît l'avantage de la taille et de l'allonge. Il a qualifié de "bénédiction" ce retour au stade de Wembley, devant son public, qui devrait une nouvelle fois répondre présent puisque les 90.000 tickets en vente ont quasiment tous trouvés preneurs.

Lors de sa victoire en mars à Cardiff contre le Néo-Zélandais Joseph Parker, champion WBO, environ 78.000 spectateurs l'avaient vu pour la première fois ne pas parvenir à forcer la décision avant la fin du douzième et dernier round.

"Dans la catégorie des poids lourds, (les boxeurs) ne sont pas seulement talentueux, mais un seul coup peut changer le cours du combat. Nous connaissons tous cette histoire", a insisté mercredi le Britannique de 28 ans, conscient de la sérieuse menace que représente son adversaire du week-end.

Champion WBA de 2011 à 2013, Povetkin, également champion du monde et olympique chez les amateurs, compte 34 victoires en 35 combats, dont 24 achevées avant la limite.

A 39 ans, il ne s'est incliné qu'une seule fois chez les pros, aux points, en octobre 2013 contre l'ancien patron de la catégorie, l'Ukrainien Wladimir Klitschko, celui-là même à qui Joshua a dérobé ses ceintures en avril 2017.

Povetkin, ancien kickboxer, a aussi été contrôlé deux fois positif, la deuxième au meldonium en mai 2016 alors qu'il devait rencontrer Wilder à Moscou.

Malin et ne souhaitant prendre aucun risque, le camp Joshua a payé la batterie de tests anti-dopage exhaustifs passés par Povetkin avant ce combat.

"Il a cette puissance de frappe, il a de gros KO dans son palmarès, donc c'est à moi de gérer mon affaire en fonction de cela", a détaillé "AJ", assurant que le Russe "pourrait avoir le meilleur crochet gauche du monde". "Mais si je le frappe en permanence, cela pourrait le stopper", a-t-il indiqué.

"Je suis le meilleur de ma catégorie. Il n'y a aucun doute là dessus, je l'ai prouvé," a tout de même assené Joshua, qui a choisi volontairement de faire traîner la tenue de son choc contre Wilder, détenteur du titre WBC depuis janvier 2015.

De son côté, l'Américain devrait être opposé en novembre ou en décembre à Las Vegas au Britannique Tyson Fury, qui revient d'une traversée du désert après avoir été destitué de ses titres WBA, IBF et WBO, conquis en novembre 2015 face à Klitschko, encore lui.

Les deux champions actuels doivent donc passer un obstacle de taille avant de prétendre à un jackpot de plusieurs dizaines de millions d'euros chacun pour leur méga-affrontement attendu de longue date.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.