Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Irak : une star des réseaux sociaux assassinée

Irak : une star des réseaux sociaux assassinée
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'était un symbole d'un pays en renaissance. Tara Farès, ancienne mannequin devenue star des réseaux sociaux, a été assassinée à Bagdad. Selon le ministère de l'Intérieur, elle a été atteinte par "trois tirs mortels" jeudi en fin de journée alors qu'elle se trouvait à Camp Sarah, un quartier du centre de la capitale irakienne. Une enquête a été ouverte.

Dans une interview accordée à une télévision locale, le porte-parole du ministère a expliqué qu'elle aurait été tuée par deux hommes circulant en moto alors qu'elle se trouvait, elle-même, à l'intérieur d'une voiture.

Tara Farès, 22 ans, était de confession chrétienne, née d'un père irakien et d'une mère libanaise, elle vivait désormais à Erbil dans le Kurdistan irakien et se rendait à Bagdad occasionnellement.

Sur son compte Instagram suivi par plus de 2,7 millions de personnes, un message a été posté jeudi soir.

"Lors d'un incident traître et lâche, Tara Farès Chamoun, est avec Dieu. Nous avons demandé à Dieu de l'accueillir avec sa grande miséricorde."

Dans les clichés qu'elle postait sur les réseaux sociaux, elle n'hésitait pas à montrer ses tenues parfois osées, ses tatouages, ses manucures...

Les internautes ont vivement réagi à son décès. Pour eux, Tara Farès a été assassinée à cause de son mode de vie qui détonait dans un pays où les traditions patriarcales sont encore très prégnantes.

"A quel point faut-il être désespéré et instable pour penser que Tara représentait une menace ? La masculinité fragile de ceux qui ont accès aux armes en Irak est ahurissante", a tweeté cette utilisatrice.

Ahmad al-Basheer, satiriste exilé en Jordanie dont l'émission qui tourne en dérision la politique irakienne est très suivie et lui a valu des menaces de mort, appelait, lui, à la vigilance.

"Celui qui trouve une excuse à ceux qui tuent une fille uniquement parce qu'elle a décidé de vivre comme la plupart des filles de la planète est complice de son meurtre", a-t-il écrit.

La mort de Tara Farès survient un mois après l'assassinat deux autres femmes en Irak. Le 16 août Rafee al-Yaseri a été tuée chez elle à Bagdad. Elle était chirurgienne esthétique et prenait part à un programme pour la santé des femmes.

Une semaine plus tard, Rasha al-Hassan, propritaire d'un salon de beauté, le Viola Beauty Center, était retrouvée morte à son domicile.