DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Indonésie : le difficile accès des ONG

Indonésie : le difficile accès des ONG
Taille du texte Aa Aa

L'ONG Save the Children revient sur la situation des sinistrés en Indonésie, après le tsunami qui a touché les Célèbes. Son porte-parole Tom Howells répond à Isabelle Kumar.

"D'après nos estimations, près d'un million et demi de personnes se trouvent dans la zone frappée par le tremblement de terre et le tsunami", indique Tom Howells, porte-parole de Save the Children à Jakarta, en Indonésie, "et nous pensons que près de 500 000 d'entre elles ont été gravement touchées. Le principal défi est maintenant d'avoir accès à elles. Nous sommes donc très inquiets en ce qui concerne des endroits-clés comme Dongala ; nous n'avons pas eu beaucoup de nouvelles de cette zone au cours des dernières 48 heures. On nous a rapporté des glissements de terrain dans le secteur de Sigi, cette situation nous préoccupe beaucoup également".

Les enfants lorsque surviennent des catastrophes naturelles comme celle qui vient de toucher l'archipel. Pour l'ONG, la priorité est d'assurer une prise en charge psychologique, et de permettre aux mineurs isolés de leur famille par la catastrophe, de retrouver leurs proches au plus vite.

"D'une part, nous nous préoccupons du facteur psychologique. Le fait que des enfants aient vu leurs maisons détruites, qu'ils aient vécu un certain nombre de traumatismes dont ils subissent les contrecoups.

Ils vont avoir des frayeurs, être très stressés, très angoissés, nous savons que des enfants ont été séparés de leur famille. C'est donc très inquiétant.

Nos équipes sont sur le terrain et elles travailleront avec les autorités, et d'autres acteurs, pour essayer de faire en sorte que les enfants soient réunis avec leur famille".