DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ancien Premier ministre finlandais veut remplacer Juncker

Vous lisez :

L'ancien Premier ministre finlandais veut remplacer Juncker

L'ancien Premier ministre finlandais veut remplacer Juncker
Taille du texte Aa Aa

Au mois de mai prochain, il sera candidat pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne.

L'ancien Premier ministre finlandais, Alexander Stubb, est ainsi le deuxième à postuler pour diriger la liste du Parti populaire européen (PPE), tout comme l'Allemand Manfred Weber.

Darren McCaffrey l'a rencontré à Strasbourg pour Euronews :

"Si je deviens président de la Commission, rappelez-vous que c'est un long voyage, c'est une course d'un an... mais si tel est le cas, je m'assurerai, par exemple, qu'il y ait plus de femmes en tant que commissaires européens.

Je pense que dans la Commission Barroso, c'était environ un cinquième, dans la Commission Juncker, environ un tiers. Je voudrais pousser idéalement jusqu'à 40%, car cela donnerait une meilleure image de l'Europe.

Quand j'étais Premier ministre en Finlande, plus de la moitié du gouvernement était composé de femmes et j'en étais fier."

Le candidat du PPE a évoqué la nécessité de combler le fossé entre l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud, tout en expliquant que l'ADN idéologique de l'Europe repose sur le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l'égalité et les droits de l'homme. ¨Pense-t-il que c'est là l'ADN d'un dirigeant tel que Viktor Orban ?

"Je pense que nous, les pro-européens, les libéraux internationaux, nous devons entendre ce populisme qui gronde, car il y a des choses qui ont mal tourné en Europe.

Nous n'avons pas bien réussi en matière de migration, nous ne sommes pas très bons dans la transition vers la révolution technologique, nous devons aussi améliorer les conditions des travailleurs... Alors, écoutons ce que ces personnes ont à dire, puis essayons de résoudre le problème.

Dans la famille du Parti populaire européen, nous avons un ensemble de valeurs, nous devons nous en tenir à ces valeurs. Dans l'Union européenne, nous avons un ensemble de valeurs, nous devons les respecter... c'est la chose la plus importante."