DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections de mi-mandat : "Il s'agit vraiment d'une vague bleue"

Vous lisez :

Elections de mi-mandat : "Il s'agit vraiment d'une vague bleue"

Elections de mi-mandat : "Il s'agit vraiment d'une vague bleue"
Taille du texte Aa Aa

Aux Etats-Unis, les élections de mi-mandat ont donné le contrôle de la Chambre aux démocrates et conforté l’avance des républicains au Sénat. Donald Trump revendique une victoire personnelle. Qu'en est-il vraiment ? L'éclairage d'Olivier Richomme, maître de conférence en civilisations américaine à l'Université Lyon II.

euronews : Peut-on vraiment parler de grande victoire pour les Républicains après les élections de mi-mandat aux Etats-Unis ?

Olivier Richomme : "La perte de la Chambre est une défaite pour les Républicains. La perte de sept postes de gouverneurs est aussi importante et l'on voit qu'avec une forte participation, les démocrates ont, d'après les estimations, ont sept points d'avance. Il s'agit vraiment d'une vague bleue", analyse Olivier Richomme, maître de conférence en civilisation américaine à l'Université Lumières Lyon II.

Situation de blocage

euronews : Avec un Congrès divisé, à quoi vont ressembler les deux prochaines années pour Donald Trump ? Faut-il s’attendre à une cohabitation explosive entre démocrates et républicains ?

Olivier Richomme : "Je crois que 'explosif' est le mot. La situation de blocage à Washington va continuer et risque de s'empirer. Il suffit d'attendre que Monsieur Muller rende publiques les résultats de son investigation pour que la guerre reprenne de plus belle entre les deux parties".

euronews : Y-a-t-il d'autres faits notoires dans cette élection ?

Olivier Richomme : "Moi je retiendrais le référendum en Floride qui peut avoir des conséquences très importantes pour les élections suivantes, notamment les élections présidentielles en 2020 puisqu'il y a une nouvelle frange de l'électorat qui va pouvoir participer au vote, les anciens condamnés vont pouvoir recouvrer leur droit de vote et on parle d'une estimation de plus 1,4 millions de personnes qui pourraient participer au prochain scrutin en Floride et tâcler pour 2020".