Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Angela Merkel défend la tolérance

La chancelière allemande Angela Merkel
La chancelière allemande Angela Merkel -
Tous droits réservés
REUTERS/Vincent Kessler
Taille du texte Aa Aa

La chancelière allemande souhaite voir une Union européenne plus ouverte et plus tolérante. C'est le message d'Angela Merkel devant les eurodéputés réunis à Strasbourg. La responsable allemande a présenté sa vision du projet européen. Elle évoque la création d'une véritable armée européenne mais surtout elle demande à tous de faire preuve d'ouverture. "Nous avons plus que jamais besoin de comprendre que la tolérance est l'âme de l'Europe, que la tolérance est le cœur de ce que nous sommes", explique-t-elle.

Mais le discours de la chancelière est loin de faire l'unanimité au sein de l'hémicycle. Beaucoup lui reprochent la politique d'austérité de ces dernières années. Le dirigeant du groupe social-démocrate souligne par exemple qu’elle "n'a jamais fait un grand discours en Allemagne pour défendre la zone euro. Elle n'a jamais expliqué aux gens pourquoi c'est tout d'abord dans l'intérêt de l'Allemagne d'avoir une monnaie et une zone euro stabilisées". Udo Bullmann souligne d’ailleurs que le parti populiste "Alternative pour l'Allemagne a commencé comme un mouvement anti-euro et s'est développé vers l'extrême droite et la xénophobie".

Personnalité majeure

Chancelière depuis 2005, Angela Merkel est une personnalité centrale dans le paysage politique européen. Cette position est un atout mais aussi un inconvénient selon la libérale néerlandaise Sophia in't Veld. " Elle a représenté un facteur très important de stabilité. Dans le même temps l'ensemble de l'Union européenne ne peut pas dépendre d'une seule personne cela serait mauvais", précise la parlementaire.

La politique européenne doit déjà se préparer à se séparer de cette figure tutélaire. La chancelière a annoncé récemment qu’elle ne briguera pas un nouveau mandat.