EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le pipeline russo-turc touche terre

Le pipeline russo-turc touche terre
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les président russe et turc ont inauguré la partie sous-marine du pipeline TurkStream. Le tronçon terrestre reste à construire en Turquie, l'ouverture des vannes est prévue dans un an.

PUBLICITÉ

Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont célébré à Istanbul la fin de la construction de la partie sous-marine de TurkStream.

Le gazoduc doit permettre d'acheminer du gaz russe à la Turquie via 930 kilomètres d'un double pipeline posé au fond de la mer Noire.

Recep Tayyip Erdogan se réjouit du rapprochement entre Moscou et Ankara.

Recep Tayyip Erdogan, président de la République de Turquie : "L'amitié turco-russe qui s'est forgée après de nombreux essais au fil des ans et donne des résultats bénéfiques pour nos deux pays. Nous n'avons jamais fixé le cadre de nos relations bilatérales en fonction des demandes ou des pressions d'autres pays."

Vladimir Poutine estime que TurkStream va placer la Turquie au centre des échanges gaziers.

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie : "Le lancement du TurkStream permettra à nos pays d'élargir considérablement notre coopération dans le domaine du gaz. Il aura une grande importance pour le développement économique de la Turquie et de toute la région de la mer Noire. Il deviendra également un facteur important qui garantira la sécurité de l'approvisionnement énergétique de l'Europe."

La capacité du gazoduc devrait dépasser les 31 milliards de mètres cubes acheminés chaque année du port russe d'Ananapa jusqu'à Kiyiköy en Turquie.

La partie terrestre du pipeline s'étend sur 180 kilomètres et l'ouverture des vannes est prévue pour la fin 2019.

La Russie espère à terme TurkStream à un autre projet de pipeline à travers les Balkans jusqu'à l'Autriche.

Partager cet articleDiscussion