Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Nerfs à vif en France : les "gilets jaunes" bloquent des dépôts pétroliers

Nerfs à vif en France : les "gilets jaunes" bloquent des dépôts pétroliers
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

On voit beaucoup moins de points jaunes ce lundi sur la carte de France mais les manifestants aux "gilets jaunes" qui restent mobilisés semblent plus déterminés. Ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure en bloquant plusieurs dépôts pétroliers. C'est le cas dans l'ouest du pays, à Vern-sur-Seiche en Bretagne, ainsi que dans le sud, à Lespinasse dans la banlieue de Toulouse, à Frontignan, à Fos-sur-Mer près de Marseille et à Portes-lès-Valence, comme son nom l'indique juste à côté de Valence. Au port de La Pallice à La Rochelle, le siège a finalement été levé. Selon la presse régionale, des chauffeurs routiers auraient rejoint les protestataires pour participer aux blocages.

Au dépôt de Fos-sur-Mer :

Début de pénurie d'essence à la frontière belge

D'après un décompte de la police, environ 13 000 "gilets jaunes" occupent près de 360 sites. Des barrages de routes et autoroutes persistent, provoquant parfois de gros problèmes de circulation. La Belgique voisine est gagnée par cette grogne sociale contre la hausse des taxes sur les carburants puisque des "gilets jaunes" ont passé la frontière. Dans le Pas-de-Calais, l'autoroute A16 est fermée depuis les premières heures du jour. Des médias belges indiquent qu'il y a déjà pénurie d'essence dans plusieurs stations-services.

La circulation est très difficile sur l'A6 entre Villefranche-sur-Saône et Lyon, dans le département du Rhône, et plus au sud sur l'A7, à hauteur d'Orange et d'Avignon. Les blocages sont multiples dans la région d'Alsace. Les accès à Bordeaux sont compliqués, les ponts d'Aquitaine et François Mitterrand étaient fermés lundi matin. "Nous aussi on tient le cap !", peut-on entendre parmi les manifestants. Une allusion à la prestation télévisée du Premier ministre français dimanche soir : Edouard Philippe a déclaré qu'il entendait "la colère et la souffrance"mais que le gouvernement souhaitait maintenir "le cap".

Les esprits s'échauffent des deux côtés des barrages

Sur les lieux de blocage, les automobilistes sont logiquement encore plus énervés en ce jour de reprise du travail. Ce qui n'excuse en rien la violence, d'un côté comme de l'autre. Le quotidien L'Est républicain rapporte qu'à Saint-Dizier, en Haute-Marne, un "gilet jaune" de 25 ans a été percuté par un camion qui a voulu passer en force. La jeune victime est grièvement blessée, le chauffeur a été arrêté par les gendarmes. Et à Calais, deux manifestants ont été blessés par un automobiliste britannique, et un autre par un poids-lourd. Les deux conducteurs ont été placés en garde à vue.

Côté "gilets jaunes", plusieurs dérapages ont sérieusement terni l'image des protestataires. Notamment à Cognac, en Charente, où une femme noire au volant de sa voiture a reçu d'odieuses injures racistes, comme "Retourne chez toi, retourne dans ton pays !" ou encore "Dégage !".

Voici une vidéo de la scène publiée par le journal La Charente Libre :