DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

State of the Union : armée européenne vs budget italien

Vous lisez :

State of the Union : armée européenne vs budget italien

State of the Union : armée européenne vs budget italien
Taille du texte Aa Aa

Cette semaine dans le State of the Union, nous nous intéressons au discours des dirigeants français et italiens. Alors qu'Emmanuel Macron réclame "plus d'Europe" à travers un budget de la zone euro et une armée européenne, le gouvernement nationaliste italien refuse de modifier son projet de budget 2019, malgré les mises en garde de la Commission européenne.

Macron défend une armée européenne

Lors de sa visite en Allemagne et en Belgique, le président français Emmanuel Macron a plaidé comme à son habitude pour davantage d'intégration européenne. A l'approche des élections européennes, il notamment exhorté les forces pro-européennes à se rassembler et à prendre des mesures politiques concrètes afin de faire reculer les partis nationalistes. Parmi ces mesures figurent notamment la création d'une armée européenne et d'un budget de la zone euro; deux projets bénéficiant du soutien de l'Allemagne.

L'idée d'une armée européenne n'est pas neuve : elle remonte aux années 50, avec le projet de Communauté européenne de défense. Mais elle avait à l'époque été rejetée par la France, qui craignait un réarmement de l'Allemagne après la guerre.

Cette fois, Emmanuel Macron défend une armée européenne permettant de faire face à la menace russe et d'affranchir l'Europe de sa dépendance aux États-Unis. Ce à quoi le Représentant permanent de la Russie auprès de l'Union européenne, Vladimir Chizhov, a répondu à Euronews que "la Russie n'est une menace pour personne dans le monde".

Italie : budget et Aquarius

L'autre grand sujet de notre programme concerne la situation en Italie. D'une part, le gouvernement de Giuseppe Conte a accusé cette semaine l'organisation Medecins sans frontières de déverser illégalement des déchets toxiques dans des ports du sud de l’Italie. D'autre part, il a refusé de modifier son budget 2019, poussant la Commission européenne à rendre un avis défavorable, ce qui pourrait ouvrir la voie à des sanctions.