Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Gilets jaunes", le jour d'après

"Gilets jaunes", le jour d'après
Taille du texte Aa Aa

L'heure est au nettoyage sur les Champs-Elysées après les débordements qui ont émaillé le rassemblement des "gilets jaunes".

Les affrontements avec les forces de l'ordre ont duré plusieurs heures, fait des dizaines de blessés et entraîné une centaine d'interpellations.

Vitrines des magasins détériorées et mobilier urbain calciné : celle qui se veut "la plus belle avenue du monde" présente un bien triste spectacle.

Kamal, habitant du quartier : "Je vois qu'il y a beaucoup de dégâts, beaucoup de magasins cassés, brûlés, et en plus ça tombe pendant la période où il va y avoir des touristes, des gens pour venir acheter à Paris, pour faire vivre le commerce, pour faire vivre le pays."

Dans un tweet, le président français a dénoncé le comportement honteux de ceux qui ont "agressé les forces de l'ordre et violenté d'autres citoyens".

Emmanuel Macron doit prendre la parole ce mardi au sujet de la transition écologique. Et malgré les doléances des "gilets jaunes", il ne devrait pas remettre en cause la hausse des taxes sur les carburants prévue le 1er janvier.

Il ne s'agit pas pour autant de faire la sourde oreille, selon le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Bruno Le Maire : "Tous ces Français qui n'ont pas été entendus pendant des années et des années, je pense qu'il est le temps de les écouter avec attention, avec respect et avec considération."

D'après les chiffres officiels, 106 000 "gilets jaunes" ont manifesté ce samedi à travers le pays, dont 8 000 à Paris, soit trois fois moins qu'une semaine plus tôt.

Mais les responsables du mouvement annoncent déjà une troisième journée de mobilisation et de blocage des routes pour le 1er décembre avec ce mot d'ordre : "aucune casse et 5 millions de Français dans la rue".