DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Assistez [en direct] à l'arrivée de la sonde InSight sur Mars

Vous lisez :

Assistez [en direct] à l'arrivée de la sonde InSight sur Mars

La mission Insight permettra de connaître les profondeurs de Mars.
Taille du texte Aa Aa

Que se passe-t-il au coeur de Mars ? Une nouvelle mission de la NASA va tenter d'y répondre, après son atterrissage prévu ce lundi.

La sonde InSight doit préciser l'amplitude thermique et l'activité géologique de la planète rouge. Un objectif bien différent de celles qui y recherchaient de l'eau ou des signes de vie.

"L'enjeu, ici, est d'explorer la structure d'une autre planète qui ressemble à la Terre", explique Tilman Spohn, directeur de l'institut de recherche planétaire de Berlin, "mais qui est autre. Car ce sont deux planètes rocheuses, et notre objectif, c'est de pouvoir comparer Mars avec la Terre".

Et c'est précisément cette comparaison qui retient l'attention des scientifiques. Car on ne sait finalement pas grand-chose de ce qu'il se passe sous l'écorce de Mars, selon Lu Pan, chercheuse au sein du laboratoire de géologie, à l'université Claude Bernard Lyon I :

"Nous avons des suppositions. D'après ce que l'on sait de la structure de la Terre, on pense que Mars est une planète tellurique formée à peu près de la même manière. On pense qu'il y a un noyau, un manteau et une croûte. On sait que le noyau liquide externe de la Terre est à l'origine de son champ magnétique, et comme on n'en a pas relevé sur Mars, on en a déduit qu'elle n'avait probablement pas de noyau liquide externe".

L'atterrissage d'InSight devrait avoir lieu sur un terrain lisse, où des mesures pourront ensuite être réalisées, en profondeur.

"Ce n'est pas vraiment une foreuse, c'est une sonde qui dispose d'un mécanisme pour marteler ; elle ne tourne pas comme une perceuse , mais elle martèle directement à l'intérieur, jusqu'à 5 mètres de profondeur , on peut espérer".

Un sismomètre a aussi été réalisé sous maîtrise d'oeuvre française.

Mais le plus dur sera bien d'atterrir. Seule une mission sur deux y parvient, en raison des vents violents. En moins de 7 minutes, la sonde devra passer d'une vitesse de 20 000 kilomètres heure à l'arrêt complet. Un exploit que seule la NASA a réussi jusqu'à présent.

"Cet atterrissage est crucial", indique Jeremy Wilks, journaliste à Euronews. "Une fois qu'ils auront réussi à effectuer un atterrissage contrôlé, ils pourront commencer à mettre en place les instruments et à étudier le coeur de Mars".