DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Alaska secoué par un puissant tremblement de terre, alerte au tsunami levée

Vous lisez :

L'Alaska secoué par un puissant tremblement de terre, alerte au tsunami levée

L'Alaska secoué par un puissant tremblement de terre, alerte au tsunami levée
Taille du texte Aa Aa

Routes effondrées, bâtiments fissurés, étagères et placards vidés de leur contenu: un puissant tremblement de terre, d'une magnitude évaluée à 7.0, a secoué vendredi matin le sud de l'Alaska, créant un début de panique à Anchorage, la principale ville de cet Etat américain pourtant habitué aux séismes.

Aucune victime n'était signalée peu après le séisme, dont l'origine était située à seulement 13 km au nord d'Anchorage (environ 300.000 habitants), mais la police de la ville faisait état "d'importants dégâts d'infrastructures".

gi

"De nombreuses habitations et bâtiments sont endommagés. De nombreuses routes et ponts sont coupés. Ne prenez pas la route si vous pouvez l'éviter. Chercher un abri sûr", recommandait la police d'Anchorage à la population dans un communiqué.

Selon les premières données publiées par l'agence géologique américaine USGS, le séisme est survenu à 8H29 locales (17H29 GMT) et à 41 km de profondeur. Il a été suivi de plusieurs répliques dans les minutes qui ont suivi la secousse initiale.

Cette violente activité sismique avait poussé les autorités américaines à lancer une alerte au tsunami dans cette zone mais celle-ci a été levée, toute menace de raz-de-marée étant écartée.

"Aucun tsunami n'a été observé" et "il n'y a plus de danger pour la côte ouest des Etats-Unis, la Colombie britannique (ouest du Canada, ndlr) ou l'Alaska", écrit l'agence météorologique américaine chargée du système d'alerte aux tsunamis.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ou par des chaines de télévision montraient des tronçons de route effondrés ou des bâtiments fissurés tandis que sur Twitter, de nombreux habitants publiaient des photos montrant le contenu d'étagères ou de rayons de supermarchés répandus sur le sol sous l'impact des secousses.

- "Je veux que ça s'arrête" -

Selon de nombreux témoignages, le tremblement de terre a été violemment ressenti par la population, heureusement habituée aux séismes dans un Etat qui en ressent plusieurs dizaines chaque année, généralement de faible intensité. Les habitants ont trouvé refuge sous des bureaux ou à l'extérieur dans des espaces dégagés, comme il est conseillé en pareil cas.

"Le séisme était assez fort pour faire tomber des objets des étagères et faire trembler les habitations à travers la région", souligne l'Anchorage Daily News, principal journal en Alaska, où des morceaux de plafond et un extincteur sont tombés au sol, sans gravité.

D'autres médias rapportaient le cas d'un homme littéralement expulsé de sa baignoire pleine d'eau par les ondes de choc provoquées par le séisme ou de clients d'un café se précipitant dans la rue et obligés de s'accrocher les uns aux autres pour conserver leur équilibre. "Je ne pensais qu'à une chose: +je veux que ça s'arrête+", a affirmé l'un d'eux.

Les services de secours craignaient également des accidents et incendies provoqués par des lignes électriques tombées au sol ou des conduites de gaz rompues par le sinistre.

Le trafic aérien à l'aéroport d'Anchorage a été suspendu le temps d'évaluer les dégâts, de même que le trafic ferroviaire et l’oléoduc pétrolier qui traverse l'Alaska a lui aussi été fermé par précaution.

L'Université d'Alaska à Anchorage (UAA) a fermé son campus et a appelé tous ses employés "non essentiels" à rentrer chez eux tandis que les écoles appelaient les parents à venir chercher leurs enfants "lorsqu'ils jugeraient être en mesure de le faire sans danger". "S'il vous plaît, soyez courtois envers les autres parents et restez calmes", insistait le district scolaire d'Anchorage.

Le 27 mars 1964, un séisme de magnitude 9,2, le plus violent jamais enregistré aux Etats-Unis et dans le monde, avait frappé la région d'Anchorage. Il avait duré plusieurs minutes et provoqué un raz-de-marée destructeur sur toute la côte ouest américaine, faisant au total quelque 130 victimes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.