DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les fessées et gifles aux enfants bientôt interdites en France ?

Vous lisez :

Les fessées et gifles aux enfants bientôt interdites en France ?

Les fessées et gifles aux enfants bientôt interdites en France ?
Taille du texte Aa Aa

Les fessées et gifles administrées aux enfants seront-elles bientôt interdites en France ? L'assemblée Nationale en prend le chemin.

Adopté, à la quasi-unanimité

Une proposition de loi soutenue par le groupe MoDem vise à inscrire dans le Code civil que l'autorité parentale doit s'exercer "sans violences physiques ou psychologiques". Le texte contre les "violences éducatives ordinaires" a provoqué de longs débats au Parlement.

Pour François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône, cette loi doit aider à ce qu' "un enfant puisse se sentir dans un lieu de confiance, de construction partagée, de cette capacité à construire un nouveau monde, un nouveau modèle."

Il a finalement été adopté, à la quasi-unanimité, en première lecture par 51 voix contre une et trois abstentions. La seule voit contre vient de l’extrême droite, pour qui cette loi est une "ingérence" dans la vie privée.

Sensibilisation des parents

Le projet de loi proposé la ministre française de l’Égalité des sexes Marlène Schiappa a été soutenu par la première dame et de nombreuses personnalités dans le pays. Il prévoit aussi la mise en oeuvre d’une politique de sensibilisation, et d’accompagnement pour les futurs parents.

Pour Pierre Canoui, psychiatre pour enfants :"Il doit y avoir des limites, nous devons bloquer et interdire certaines choses, il faut être dans l'enseignement et nous devons sortir de cette idée de" l'enfant roi ", explique t-il, "mais il est important de pouvoir arrêter de passer par les gestes et d'utiliser des moyens plus évolués comme le langages et les émotions positives ".

Prochaine étape : le Sénat

Le projet de loi doit maintenant être voté par le Sénat. Déjà 54 pays - dont 22 des 28 pays membres de l'Union Européenne - ont adopté des lois pour interdire les châtiments corporels aux enfants.